S’il n’est pas rare d’en­tendre râler les enfants au moment de partir à l’école, pour certains, aller s’as­seoir derrière un bureau toute une jour­née, peut ressem­bler à l’en­fer. Pour ces élèves qui ne trouvent pas leur place dans le système scolaire clas­sique, mais aussi ceux dont les parents sont convain­cus de la néces­sité de faire l’école autre­ment, un nouvel établis­se­ment, dit alter­na­tif, va ouvrir ses portes en septembre, à Villeur­banne. S’ap­puyant sur une combi­nai­son de péda­go­gies (Montes­sori, Frei­net, Stei­ner…), l’école Camé­léon accueillera un effec­tif de 15 élèves maxi­mum dans une seule classe (puis deux en 2021), qui mélange la mater­nelle et l’élé­men­taire, sans distinc­tion de niveaux et donc sans compa­rai­son.

« Une ensei­gnante diplô­mée de l’Édu­ca­tion natio­nale, un gage de qualité pour nous, propo­sera un accom­pa­gne­ment person­na­lisé pour chacun des élèves, qui sera ainsi guidé en fonc­tion de là où il en est, sans stig­ma­ti­sa­tion », souligne Stépha­nie Vidal, fonda­trice de l’école Camé­léon. Pour pouvoir faire bais­ser, à terme, ses frais de scola­rité (420 euros par mois sur 12 mois, hors adhé­sion à l’as­so­cia­tion), elle prévoit des temps péri­sco­laires après l’école, le mercredi et huit semaines de vacances par an pour accueillir en plus des petits « camé­léons » tous les enfants du quar­tier qui le souhaitent.

« Notre volonté est de rendre acces­sible l’école à tous les porte-monnaie », insiste Stépha­nie Vidal. Enca­drés par des anima­teurs titu­laires du Bafa, ces ateliers et stages cultu­rels, artis­tiques, spor­tifs auront comme déno­mi­na­teur commun la promo­tion de la santé. À noter qu’a­vec son effec­tif bloqué à 15 élèves, ses deux salles de classe de 55 m2 et son jardin pota­ger, l’école Camé­léon est d’em­blée parée pour l’éven­tuel main­tien des gestes barrières à la rentrée.

École Camé­léon, avenue Dutrie­voz, Villeur­banne. Tél. 06 95 80 09 08. E-mail : [email protected]­cole-came­leon.fr

ecole-came­leon.fr

Par Clarisse Bioud