Les Films du Préau distri­buent un programme de six courts-métrages d’ani­ma­tion dans lesquels la nuit et l’obs­cu­rité deviennent le théâtre de fasci­na­tion et d’ap­pren­tis­sage. Pour les jeunes spec­ta­teurs, cette collec­tion de fictions offre la chance de péné­trer dans un univers où la peur se mêle à la poésie. 

Première histoire présen­tée, Prome­nade nocturne met en scène Anna et son père, déci­dés à rentrer chez eux en passant par la forêt. Une aven­ture en clair-obscur où la lampe torche de la fillette joue un drôle de double rôle.

Cette belle entrée en matière est suivie de l’ex­pé­ri­men­tal Éter­nité où des abstrac­tions nocturnes donnent vie à un monde nouveau. Une façon pour l’en­fant d’y proje­ter ses propres désirs.

Elsa et la Nuit présente un trio inso­lite : un prota­go­niste inca­pable de fermer l’œil, la Nuit en personne et un éléphant nommé Olaf. Ce récit urbain où la ville se dévoile avec ses sons, ses habi­tants et ses teintes protéi­formes est une réus­site graphique et narra­tive indé­niable, baignée de déri­sion et d’émo­tion.

Premier Tonnerre raconte la quête d’un jeune héros pour faire réap­pa­raître le prin­temps. Une aven­ture sensible et sans dialogues, portée par un envi­ron­ne­ment sonore ad hoc.

Nuit chérie est certai­ne­ment la pièce maîtresse du programme. Avec son duo impro­bable – un ours cafar­deux qui n’ar­rive pas à hiber­ner et un singe blanc extra­verti – cette fable sur l’ami­tié et la soli­da­rité brille par sa richesse visuelle et sa drôle­rie.

Le programme s’achève avec Moutons, Loup & Tasse de thé. Sublime graphique­ment, le conte est teinté d’étran­geté et peuplé de créa­tures pitto­resques.

→ Dès 5 ans, durée : 49 min. • Sortie : 23 septembre

Par Nico­las Schiavi