Avec son livre Vous n’au­rez pas les enfants, Valé­rie Porthe­ret relate le récit palpi­tant d’un sauve­tage inouï de jeunes juifs dans un camp à Vénis­sieux, en plein pic géno­ci­daire. L’his­to­rienne lyon­naise a passé plus de 25 ans de sa vie à retrans­crire cette page du passé qui recèle les parts les plus sombres et les plus belles de l’être humain. Et aujourd’­hui, elle souhaite porter cette histoire à l’écran. 

Où, quand, comment, pourquoi ? Valé­rie Porthe­ret est l’une de ces personnes qui aime comprendre. Lorsqu’on la rencontre, on est d’abord touché par cette belle éner­gie qui l’anime et la pousse à s’in­té­res­ser aux autres, à leur parcours, leurs forces et leurs faiblesses. “Mon père avait un cabi­net médi­cal à la maison, ma mère était infir­mière mili­taire, convoyeuse de l’air. Je baignais dans un envi­ron­ne­ment où l’on s’in­té­res­sait aux gens, parti­cu­liè­re­ment à ceux qui étaient dans la détresse”, se remé­more celle qui a toujours été meur­trie par l’injus­tice que pouvait subir un enfant.

Cette avidité à s’ou­vrir aux autres l’a entraî­née dans une enquête saisis­sante pour rela­ter le parcours de Rachel, Justus, Esther ou encore Émile… Tous étaient enfants en 1942. Tous seront placés dans un ancien camp mili­taire à Vénis­sieux en vue d’une dépor­ta­tion à Ausch­witz. Tous pour­ront y échap­per grâce à incroyable stra­ta­gème imaginé par des hommes et des femmes dont le courage force le respect.

Destin ou hasard, cet épisode assez peu connu de l’his­toire lyon­naise a croisé la route de Valé­rie Porthe­ret après une succes­sion de rencontres et d’évé­ne­ments au début des années 1990. Comme si le passé l’at­ten­dait pour se révé­ler entiè­re­ment, les péri­pé­ties se sont enchaî­nées alors qu’elle cher­chait l’ins­pi­ra­tion pour son mémoire de maîtrise en fac d’his­toire : la décou­verte d’un château dans la Drôme où des enfants furent cachés pendant la guerre, un carnet avec des noms anno­tés, une rencontre fortuite avec un ancien résis­tant… Trois jours – la même durée que le sauve­tage -, c’est ce qui l’aura fallu à Valé­rie Porthe­ret pour être mise sur la voie. L’in­ves­ti­ga­tion, la rencontre avec les survi­vants, les fouilles dans les archives l’oc­cu­pe­ront plus de deux décén­nies.

© Collec­tion Klars­feld

Donner du souffle à la jeunesse

À la maison, la jeune Valé­rie se plon­geait déjà dans les ouvrages d’his­toire et feuille­tait des manuels sur le procès de Nurem­berg. “Je tour­nais les pages sans rien vrai­ment comprendre. Mais quand je voyais ces bour­reaux, ça faisait comme une disso­nance en moi”. À son tour aujourd’­hui de publier un livre qui, elle l’es­père, devien­dra “objet péda­go­gique”. “Sans pour autant tomber dans le déni, il faut donner du souffle à la jeunesse, lui montrer que, même dans les pires moments, des personnes choi­sissent d’agir et de faire le bien”, estime-t-elle.

L’his­to­rienne planche sur la réali­sa­tion d’un docu­men­taire et aime­rait que son livre soit adapté au cinéma au travers d’une fiction. “Le réali­sa­teur Chris­to­pher Nolan pour­rait donner une réso­nance très forte, univer­selle, à la puis­sance de cette affaire”, imagine-t-elle. Après plus de 25 ans de recherche, Valé­rie Porthe­ret ne s’in­ter­dit aucun rêve pour que l’his­toire des enfants de Vénis­sieux puisse conti­nuer à vivre dans l’es­prit des nouvelles géné­ra­tions.

__________

Accep­ter l’im­pos­sible

Le livre Vous n’aurez pas les enfants, de Valérie Portheret.
Le livre Vous n’au­rez pas les enfants, de Valé­rie Porthe­ret. © DR

Août 1942. Le gouver­ne­ment de Vichy commande la rafle de 10 000 juifs étran­gers en zone libre pour les livrés aux nazis. Plus de 1 000 personnes dont 108 enfants sont arrê­tés dans la région lyon­naise et placés à Vénis­sieux pour être « triés » en fonc­tion des critères de dépor­ta­tion.

Face à l’hor­reur, des femmes et des hommes de confes­sions et d’ho­ri­zons divers vont tout mettre en oeuvre pour sauver les enfants avec pour seules armes leur courage et leur soli­da­rité. Pour que le plan fonc­tionne, les parents doivent accep­ter l’im­pos­sible : se sépa­rer à jamais de leurs enfants en signant un acte d’aban­don et en cédant leur pater­nité à une asso­cia­tion cari­ta­tive. 

Vous n’au­rez pas les enfants, de Valé­rie Porthe­ret, XO Docu­ment, 18,90 €

Par Romain Desgrand