Par Gaëlle Guitard /

Si on ne peut pas prendre l’air au-delà de 10 kilo­mètres de chez soi, les quatre coins de Lyon regorgent heureu­se­ment de bons spots pour se bala­der et souf­fler en famille.

À L’OUEST DE LYON : UN IMMENSE ÉCRIN DE VERDURE
Ceux qui vivent aux portes du verdoyant Ouest lyon­nais ont sûre­ment déjà foulé les chemins du parc Lacroix-Laval, vaste de 115 hectares. À l’en­trée, côté Char­bon­nières-les-Bains, on trouve les jardins à la française, conçus au début du XXe siècle par le paysa­giste Achille Duchêne, ainsi qu’un pota­ger réunis­sant 300 varié­tés de fleurs, légumes et fruits issus de la région. Sans oublier la magni­fique rose­raie. Côté Marcy-l’Étoile, trône une œuvre en bois origi­nale signée Marc Averly qui intrigue beau­coup les enfants.

AU NORD : UNE PROMENADE ARTISTIQUE
Entre Lyon et Roche­taillée, le programme d’art public River Movie enchante les rives de Saône : 23 œuvres imagi­nées par 12 artistes inter­na­tio­naux dialoguent avec le paysage et surprennent les prome­neurs, à l’image du Trompe le monde de Didier Fiuza Faus­tino qui reflète ce qui l’en­toure. Le Génia­lithe de l’ar­tiste Le Gentil Garçon repré­sente une météo­rite qui a atterri dans la prai­rie, formant un cratère dont le sol est étran­ge­ment mou… Un objet magique avec lequel les enfants adorent jouer, tout comme La Cabane de Tada­shi Kawa­mata nichée dans un arbre au bout du Chemin de la plage.

AU CENTRE DE LA VILLE : UNE RANDO NATURE
Pour s’éva­der en restant en ville, il suffit de sauter dans ses chaus­sures de rando et d’em­prun­ter le funi­cu­laire Saint-Just, en direc­tion du Fort Saint Irénée. Cette balade de Saint-Just à Sainte-Foy permet de traver­ser des parcs (Brûlet, Marius Bour­rat, Mont Riant), des forêts, des champs et même un ruis­seau. Elle réserve son lot de surprises, comme les vestiges d’un aque­duc romain, et surtout un temple boud­histe qui offre une vue à couper le souffle sur la vallée. Un parcours de 14 kilo­mètres, à réser­ver aux plus grands.

AU SUD : UN PARCOURS SPORTIF
Le chemin baptisé La clef des champs, en réfé­rence aux Lyon­nais du XVIe
siècle, heureux proprié­taires d’une maison de campagne à Saint-Genis Laval, porte bien son nom. Au départ de la rue de la Croix-Rouge, il permet de s’éva­der, tout en s’in­for­mant sur l’agri­cul­ture pratiquée sur le plateau des Hautes-Barolles. De là, on profite de la vue surplom­bant la vallée du Rhône, avant de bifurquer sur le sentier de Sacuny pour pous­ser jusqu’à l’Ob­ser­va­toire astro­no­mique. Puis, au niveau du Fort de Côte Lorette, on s’ac­tive sur le parcours santé qui se boucle en 45 minutes.

À L’EST : BALADE EN COULEURS
Situé entre Chas­sieu et Décines-Char­pieu, au départ du chemin du Sous Biézin, le sentier du Biézin nature est parti­cu­liè­re­ment adapté aux familles. Ponc­tué de nombreuses aires de jeux, il traverse une jolie palette de paysages, du jaune colza au beige du blé dur, en passant par le vert des épis des maïs et le rouge des coque­li­cots. À ne pas rater égale­ment le jardin humide et l’Ob­ser­va­toire avec vue plon­geante sur Lyon. À vélo, les plus coura­geux pour­sui­vront jusqu’au Parc OL.

Le Génia­lithe de l’ar­tiste Le Gentil Garçon © DR

.