Septembre est le mois de la rentrée. De nos bouts de choux à l’école, bien sûr, mais aussi des artistes dans les musées, théâtres et salles de spec­tacles. Alors, sortez vos tablettes et agen­das, c’est le moment d’y noter tous les rendez-vous que nous avons débusqués pour vous et vos enfants, jusqu’à la fin de l’an­née, dans les enthou­sias­mantes program­ma­tions des diffé­rentes struc­tures cultu­relles de la métro­pole.

SEPTEMBRE

EXPOS

Effets spéciaux, crevez l’écran
Cinéma et numé­rique – Dès 8 ans

Ce sera l’évé­ne­ment de la rentrée : la première expo ouverte au grand public du Pôle Pixel qui nous invite dans les coulisses de la créa­tion audio­vi­suelle et numé­rique. Du plateau de tour­nage à la salle de cinéma en passant par le studio, on décou­vrira toute la chaîne de produc­tion d’un film et la fabri­ca­tion des effets spé- ciaux grâce à une scéno­gra­phie inter­ac­tive dans le Studio 24. Trucages, maquillage, motion capture, fonds verts et retouche d’images numé­riques : on pourra expé­ri­men­ter à l’envi pour créer ses propres effets spéciaux. Des ateliers de micro-mappingstop-motion et de produc­tion d’images 3D ainsi que des séances de cinéma en réalité virtuelle et des rencontres de profes­sion­nels prolon­ge­ront l’ex­pé­rience jusqu’en mars 2022.

Du 17 septembre 2021 au 27 mars 2022 au Pôle Pixel, Villeur­banne.

Mono­gra­phies de Delphine Balley, Jasmina Cibic et Chris­tine Rebet
Photos, vidéo, pein­ture et dessin – Dès 8 ans

La rentrée se conjugue au fémi­nin pluriel au Mac de Lyon, avec trois expo­si­tions d’ar­tistes plas­ti­ciennes qui, toutes mais de manière très person­nelle, travaillent autour de la notion d’image. Des trois femmes, l’œuvre de Jasmina Cibic, qui inter­roge la notion de pouvoir, sera a priori la moins acces­sible aux enfants.
Mais ils seront sans doute marqués par la force des photos de Delphine Balley qui revi­site le portrait de famille, à travers les rituels heureux et malheu­reux qu’elle peut traver­ser au cours d’une vie. Et devraient être intri­gués par les multiples dessins à l’encre de Chris­tine Rebet qui, fasci­née par l’illu­sion et la trom- perie, les assemble pour donner vie à des petits films d’ani­ma­tion qu’elle nomme son « cinéma de papier ». L’image et ses effets sur l’ima­gi­naire de chacun seront au cœur de ces trois mono­gra­phies, pour lesquelles des visites et ateliers jeune public sont comme d’ha­bi­tude propo­sés.

Du 15 septembre 2021 au 2 janvier 2022, au Mac de Lyon, Lyon 6e.

SPECTACLES

Semaine de la magie nouvelle
Magie – Dès 6 ans

Toujours fermé pour travaux, le théâtre Théo-Argence conti- nue sa program­ma­tion hors les murs, en propo­sant cet automne une semaine consa­crée à la magie nouvelle. L’évé­ne­ment est orches­tré par la compa­gnie La Phalène dont le direc­teur Thierry Collet renou­velle les codes de la pres­ti­di­gi­ta­tion depuis 20 ans pour mieux nous titiller et nous faire douter. Le public sera donc amené à se lais­ser embarquer dans des spec­tacles sur le menta- lisme et l’hyp­nose (dès 10 ans) et les fantasmes que véhi­culent ces pratiques à la fois passion­nantes et inquié­tantes. Quant aux plus jeunes (6 ans), ils pour­ront parti­ci­per à des ateliers de philo­so­phie, animés par un magi­cien qui utili­sera son art pour leur faire mieux appré­hen­der le vertige du doute.

Du 28 septembre au 2 octobre, salle La Concorde, Saint-Priest.

Lutte de pouvoir et recons­ti­tu­tion histo­rique à Lugdu­num musée et théâtres romains © DR
Sur la piste des Sioux au musée des Confluences, Lyon 2e © DR

Ne pas finir comme Roméo et Juliette
Ciné-spec­tacle – Dès 12 ans

On l’avoue, la compa­gnie lyon­naise La Cordon­ne­rie fait partie de nos chou­chous. Elle a l’art de concoc­ter des spec­tacles qui mélangent avec brio théâtre, musique, cinéma et brui­tages réali- sés à vue avec un bric-à-brac d’objets. S’ins­pi­rant de grands clas- siques (Blanche-Neige, Hansel et Gretel, Hamlet) qu’elle revi­site de manière très person­nelle et en écho à l’ac­tua­lité, elle nous plonge dans un univers dont on ressort à chaque fois ébloui. Pour sa der- nière créa­tion, elle est allée cher­cher du côté de Roméo et Juliette, pour nous racon­ter l’his­toire d’amour entre deux êtres sépa­rés par un pont. D’un côté le monde des gens comme vous et moi, de l’autre celui des invi­sibles, litté­ra­le­ment. Parmi eux, Romy va pour­tant fran­chir le pont et tomber amou­reuse. Si les barrières maté­rielles existent bien, les barrières mentales ne sont-elles pas les pires puisqu’elles nous empêchent de voir l’autre?

Du 28 septembre au 2 octobre, au théâtre de la Croix-Rousse, Lyon 4e.

OCTOBRE

FESTIVALS

Fête de la science
Sciences – Dès 6 ans

Avis aux Einstein et Marie Curie en deve­nir : en octobre, la Fête de la Science fête ses 30 ans ! Partout dans la métro­pole lyon­naise, des expo­si­tions, confé­rences et anima­tions permet­tront au grand public de rencon­trer des scien­ti­fiques et prendre connais­sance des dernières inno­va­tions dans des domaines variés comme l’envi- ronne­ment, l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle, les microbes, la géné­tique… Les plus jeunes pour­ront décou­vrir le monde de l’IA en jouant au morpion avec une machine, tester les méthodes d’iden­ti­fi­ca­tion avec des ateliers « Police scien­ti­fique », prendre de la hauteur avec l’expo-photo de l’as­tro­naute Thomas Pesquet et la soirée d’ob­ser- vation des astres à l’Ob­ser­va­toire de Lyon, mais aussi faire tout un tas d’ex­pé­riences et de décou­vertes au village des sciences – Confluence.

Du 1er au 11 octobre, dans plusieurs lieux de la métro­pole de Lyon.

Pein­ture fraîche
Street art – Dès 4 ans

Cinquante artistes locaux et inter­na­tio­naux inves­tissent à nou- veau la Halle Debourg pour la 3e édition du festi­val de street art. Au programme : graf­fi­tis, fresques murales et live pain­ting, mais pas seule­ment. Dans ce festi­val qui crée des ponts entre art urbain et nouvelles tech­no­lo­gies, les visi­teurs décou­vri­ront les étapes de créa­tion des œuvres grâce au time-lapse et s’es­saye­ront au Flip­pa­per de l’ar­tiste lyon­nais Chienpo qui trans­forme vos des- sins en flip­per sur lequel on peut jouer ! Les enfants se glis­se­ront même dans la peau d’un graf­feur arpen­tant la ville avec le jeu vidéo créé par le Pari­sien Tim Zdey, et verront leurs graf­fi­tis sur Ipad proje­tés sur un mur. Sans oublier l’ate­lier de séri­gra­phies et le mur d’ex­pres­sion libre. Un véri­table terrain d’ex­plo­ra­tion artis­tique pour petits et grands.

Du 1er au 30 octobre à la Halle Debourg, Lyon 7e.

EXPOS

EnQuête de pouvoir – De Rome à Lugdu­num
Histoire antique – Dès 9 ans

Après nous avoir réga­lés de son expo sur les habi­tudes gastro- nomiques des Romains, Lugdu­num nous place dans un uni- vers beau­coup plus hostile : celui de la succes­sion de l’em­pe­reur Commode, en 192 après J-C. La crise poli­tique qui en découle conduit à une guerre civile dans les provinces de l’Em­pire et à Lyon où va se tenir une bataille déci­sive et pour­tant mécon­nue de l’his­toire romaine : la bataille de Lugdu­num ! À travers cet épisode, le musée décor­tique la notion de pouvoir et ses arcanes. À cette nouvelle expo, construite en parte­na­riat avec le Louvre, s’ajoutent un escape game acces­sible aux enfants dès 8 ans et un week-end de recons­ti­tu­tion histo­rique à l’ex­té­rieur du musée, sur le site de Four­vière, au cours duquel le public pourra visi- ter un campe­ment mili­taire romain habité de ses centu­rions. Du grand spec­tacle !

Du 6 octobre 2021 au 27 février 2022, à Lugdu­num Musée et théâtres romains, Lyon 5e. Week-end de recons­ti­tu­tion histo­rique les 9 et 10 octobre.

Sur la piste des Sioux
Histoire, ethno­gra­phie et géogra­phie – Dès 6 ans

Quel parent parmi nous n’a pas joué, enfant, aux cowboys et aux Indiens ? Ce jeu qui nous a bien occu­pés était basé sur une fausse repré­sen­ta­tion ou du moins très étriquée de ce qu’on appe- lait d’un terme géné­rique « Les Indiens d’Amé­rique », croyant iden­ti­fier une ethnie lorsqu’il en exis­tait au contraire plusieurs. Dans une expo­si­tion encore une fois très docu­men­tée, le musée des Confluences vient décons­truire nos images euro­péennes de la culture indienne, pour montrer sa richesse et ses nuances, et son évolu­tion dans le temps. Rela­tions avec les colons améri- cains, spec­tacles itiné­rants de Buffalo Bill au XIXe siècle, forte repré­sen­ta­tion dans le cinéma et la litté­ra­ture au siècle suivant, attri­bu­tion de liens privi­lé­giés entre les Indiens et les forces de la natu­re… autant d’as­pects qui passion­ne­ront les enfants et ravive- ront nos souve­nirs de jeunesse.

Du 22 octobre 2021 au 28 août 2022, au musée des Confluences, Lyon 2e.

SPECTACLES

Pierre et le Loup
Conte musi­cal – Dès 8 ans

Impos­sible de se lasser de l’im­mense conte musi­cal de Proko­fiev, datant de 1936. D’au­tant que le compo­si­teur russe l’a vrai­ment pensé pour les enfants, de manière péda­go­gique mais ludique, dans l’idée de les fami­lia­ri­ser avec les prin­ci­paux instru­ments de l’or­chestre. Comment ? En les asso­ciant à chaque person­nage de l’his­toire : le quatuor à cordes pour Pierre, le héros, la flûte traver- sière pour l’oi­seau, le cor pour le loup… Une façon de rendre la musique bien vivante, d’au­tant qu’elle sera jouée dans la grande salle de l’opéra, avec l’his­toire racon­tée en direct par un réci­tant dont l’iden­tité est pour l’ins­tant tenue secrè­te…

Les 3 et 12 octobre, à l’Opéra, Lyon 1er.

Le Carna­val des animaux
Conte musi­cal – Dès 5 ans

Parti­tion mythique de Camille Saint-Saëns, dont quelques mesures composent la musique offi­cielle du Festi­val de Cannes, Le Carna­val des animaux fut initia­le­ment écrit pour orchestre. Mais cet automne, c’est seule­ment à l’orgue qu’il sera inter­prété sur la scène de l’Au­di­to­rium. Une prouesse de la Coréenne Shin-Young Lee qui nous donne l’illu­sion que tous les instru- ments sont réunis. À ses côtés, Michel Vuiller­moz, comé­dien socié­taire de la Comé­die française et habi­tué des lieux, vien- dra réci­ter les poèmes de l’au­teure de contes musi­caux Elodie Fondacci, dont certains ont été spécia­le­ment écrits pour cette courte pièce de 40 minutes parti­cu­liè­re­ment adap­tée aux jeunes enfants.

Le 6 octobre à l’Au­di­to­rium, Lyon 3e.

Moi et rien
Théâtre d’ombres – Dès 6 ans

Atten­tion pépite. Ce spec­tacle est la fidèle adap­ta­tion, en théâtre d’ombres, de l’al­bum Moi et Rien de l’au­teure anglo-suédoise Kitty Crow­ther. Il raconte l’his­toire de Lila, qui se retrouve seule avec son père après le décès de sa mère. Elle s’in­vente alors un ami imagi­naire : l’op­ti­miste Rien, qui l’aide à voir la vie sous un meil- leur jour et à rafis­to­ler les liens de sa famille dévas­tée. Les comé- diens italiens du Teatro Gioco Vita inter­prètent – en français – les person­nages, tantôt en chair et en os, tantôt en mani­pu­lant leurs silhouettes dans un théâtre d’ombres. Une alter­nance qui permet à la fois une iden­ti­fi­ca­tion et une distan­cia­tion sur un sujet diffi­cile. Mais plus que du deuil, c’est de la rési­lience dont Moi et Rien parle aux enfants, avec une infi­nie déli­ca­tesse.

Du 13 au 21 octobre, au TNP, Villeur­banne.

Moi et Rien © Mauro del Papa

Je suis Max
Théâtre musi­cal – Dès 4 ans

Très enga­gée sur le terrain de l’éco­lo­gie, la Lyon­naise Lucie Chochoy se sert de son métier de chan­teuse et de comé­dienne pour nous faire passer des messages avec humour et généro- sité, notam­ment sur sa chaîne YouTube. Dans son spec­tacle Je suis Max, avec la compli­cité de Romain Frank­lin, elle demande aux enfants d’ai­der le héros, le jeune Max, à sauver la planète du réchauf­fe­ment clima­tique. Atten­tion, le public devra être vigi- lant car selon ses choix, l’his­toire ne sera pas la même et la Terre pas forcé­ment proté­gée. Mais pas de panique, fantai­sie et drôle­rie sont de la partie, à travers une gale­rie de person­nages inter­pré­tés tour à tour par les deux comé­diens. Quelle belle idée que d’im­pli- quer de manière théâ­trale les enfants dans ce sujet d’ac­tua­lité qui nous concerne tous… une fois n’est pas coutume à l’Es­pace Gerson !

Du 26 au 29 octobre, à l’es­pace Gerson, Lyon 5e.

NOVEMBRE

SPECTACLES

Persé­phone ou le premier hiver
Concert dessiné – Dès 8 ans

Aïe aïe aïe, l’in­tré­pide Persé­phone, adorée de ses parents Zeus et Déme­ter, déesse de l’agri­cul­ture, vient de tomber dans le royaume des enfers! Mais qu’im­porte, la jeune fille n’a pas froid aux yeux et vit cette expé­rience comme une aven­ture, au gré des rencontres étranges qu’elle fait et des pouvoirs qu’elle se découvre. N’est- elle pas celle qui, adulte, devien­dra déesse des enfers? Voilà un récit d’aven­tures mené tambour battant par les comé­diennes- musi­ciennes du trio Nouk’s accom­pa­gnées par les illus­tra­tions de Quen­tin Lugnier réali­sées en direct. Quand on sait que beau­coup d’en­fants se passionnent pour la mytho­lo­gie, c’est le spec­tacle musi­cal et dessiné à ne pas leur faire manquer.

Le 5 novembre, au Pola­ris, Corbas.

Fables à la fontaine
Danse – Dès 6 ans

Qu’est-ce que les Fables de la Fontaine ont à nous dire aujourd’­hui ? Beau­coup de choses à en croire les choré­graphes Béatrice Massin et Domi­nique Hervieu (oui, oui, la direc­trice de la Maison de la danse elle-même) qui s’em­parent de deux fables parmi les plus connues pour les faire inter­pré­ter par un couple de danseurs. Dans Le Loup et l’Agneau, B. Massin souligne les rapports de domi­na­tion et luttes de pouvoir, selon des mouve­ments de danse baroque dont elle est la spécia­liste. Dans sa version du Corbeau et le Renard, D. Hervieu mélange hip-hop et vidéo pour parler de flat­te­rie et de vanité. Dans les deux cas, il s’agit de fami­lia­ri­ser de manière origi­nale et poétique les plus jeunes au génie vision­naire de Jean de La Fontaine, en même temps qu’ils apprennent sans doute ses fables à l’école.

Du 10 au 13 novembre à la Maison de la danse, Lyon 8e.

Pli
Cirque et arts visuels – Dès 11 ans

La Tornade, sculp­ture monu­men­tale en papier instal­lée sous la verrière des Subs, fera encore parler d’elle cet automne, en accueillant sous ses majes­tueux auspices la circas­sienne Inbal Ben Haim. C’est loin d’être un hasard puisque comme Alexis Merat et Domi­tille Martin, ses créa­teurs, et en colla­bo­ra­tion avec eux, la jeune femme a fait du papier la matière première de son spec- tacle Pli. Jouant de sa plas­ti­cité, elle le plie, le tord, le froisse sous nos yeux et le trans­forme en plusieurs agrès, supports d’acro­ba­ties aériennes virtuoses. L’ar­tiste semble ainsi mettre à l’épreuve la résis­tance du papier pour­tant supposé fragile, dans une fron­tière ténue entre risque et confiance, ce qui fait l’es­sence même de la pratique circas­sienne.

Du 10 au 20 novembre aux Subsis­tances, Lyon 1er.

Pli © Domi­tille Martin

Céto
Théâtre immer­sif – Dès 2 ans

Prêts pour l’aven­ture ? Car celle que propose le collec­tif Invivo aux tout-petits, promet d’être surpre­nante et majes­tueuse. À bord du Céto, une scaphan­drière s’ap­prête à plon­ger au fond de l’océan pour effec­tuer des rele­vés scien­ti­fiques. Mais lors de sa descente, le courant marin s’in­ten­si­fie et l’em­porte loin de son parcours initial. Au gré de son explo­ra­tion, parmi la faune et la flore des fonds marins, elle finit par toucher une créa­ture et se méta­mor- phose alors douce­ment sous nos yeux ébahis. Ambiance sonore et visuelle favo­ri­sant l’im­mer­sion, jeux de lumières et vibra­tions de matières : une expé­rience onirique dans laquelle nous sommes appe­lés à plon­ger, en total lâcher prise et à l’écoute de nos sensa­tions.

Du 12 au 15 novembre au théâtre de la Renais­sance, Oullins.

Da Love Tape
Perfor­mance – Dès 11 ans

Tomber raide dingue d’une fille et être trop timide pour lui avouer son amour : voilà le casse-tête vécu par l’ac­teur Raphaël Defour tout au long de son adoles­cence. Il trou­vait toute­fois la parade en enre­gis­trant sa voix, mixée à ses titres de chan­sons préfé­rées, sur des K7 qu’il offrait ensuite à l’élue de son cœur. Il nous fait revivre cette expé­rience dans une perfor­mance accueillie à la gale­rie La BF15, en parte­na­riat avec le théâtre des Céles­tins, et pour laquelle il a recons­ti­tué l’uni­vers de sa chambre d’ado, posters aux murs et skate au sol compris. En l’écou­tant révé­ler sa flamme, instal­lés autour de lui, nul doute que les souve­nirs de jeu- nesse rejaillie­ront chez les adultes. Quant aux plus jeunes, qui sait s’ils ne trou­ve­ront pas là une belle idée pour contrer leur timi­dité.

Du 17 au 20 novembre à la La BF15, Lyon 1er.

Au jardin des Poti­niers
Théâtre et arts visuels – Dès 7 ans

Dans le cadre du festi­val Micro mondes du TNG, consa­cré aux arts immer­sifs, les compa­gnies Ersatz et Créa­tion dans ta chambre invitent les enfants à obser­ver la nais­sance d’un jardin de très très près. Car il leur faudra litté­ra­le­ment entrer dans l’in­croyable décor de leur univers végé­tal, réalisé en pliage de papiers et mousse à la manière d’un pop-up. En glis­sant la tête dans un trou, ils assis­te­ront ainsi à l’éclo­sion des fleurs autour desquelles grouillent les insectes et circulent les escar­gots. Nez à nez avec ce jardin extra­or­di­naire, coloré, déli­cat et se méta- morpho­sant de l’aube au crépus­cule, le jeune public a toutes les chances de mieux comprendre le monde du vivant, réali­ser sa beauté et sa fragi­lité.

Du 20 au 28 novembre au TNG, Lyon 9e.

Est-ce que je peux sortir de table ?
Danse et cirque – Dès 3 ans

Lorsqu’on est petit enfant, les repas semblent durer une éter­nité. Alors, pour combler l’en­nui, on laisse diva­guer son imagi­na­tion à l’in­fi­ni… C’est ce que raconte ce spec­tacle pour les tout-petits conçu par la compa­gnie La Bascule, à travers l’his­toire d’une sorte d’Alice au pays des merveilles aux cheveux bleus qui joue de son corps et du décor trans­formé en vaste terrain d’aven­tures. Circas- sienne, l’in­ter­prète se glisse sous la table et s’en va gravir un mât chinois en forme de four­chette géante, s’amuse des images pro- jetées derrière elle, rêve de plon­ger dans une assiette trans­for­mée en pisci­ne… Une ode poétique à l’éva­sion et à la liberté de faire ce que l’on veut, au moins dans sa tête.

Le 27 novembre, au Pôle en Scènes, Bron.

DÉCEMBRE

SPECTACLES

Je suis William
Théâtre musi­cal – Dès 9 ans

Derrière chaque grand homme se cache une femme, dit-on. Et si derrière l’im­mense Shakes­peare, se trou­vait le génie de sa sœur jumelle ? C’est autour de cette idée que les Québé­cois du Théâtre Le Clou brodent une comé­die musi­cale drôle et inven­tive, qui nous plonge dans l’ado­les­cence suppo­sée de l’au­teur de Roméo et Juliette. Elle raconte comment au XVIe siècle, en Angle­terre, trop bien lire et écrire pour une jeune fille, pouvait être assi­milé à de la sorcel­le­rie et donc être très sévè­re­ment puni. Comment William, conquis par le talent de sa sœur, peut-il aider à la faire recon­naître en tant qu’au­teure sans la mettre en danger ? Sous couvert d’un réel diver­tis­se­ment qui enchan­tera toute la famille, ce spec­tacle se saisit d’un sujet fémi­niste qui résonne encore plus fort aujourd’­hui.

Du 2 au 4 décembre au théâtre de la Renais­sance, Oullins.

Manque à l’ap­pel
Concert – Dès 7 ans

Gnan­gnans les chan­sons pour enfants ? Pas celles de Tony Melvil et Usmar en tout cas. Ces deux musi­ciens-là n’en sont pas à leur coup d’es­sai en matière de concert jeune public. Dans Manque à l’ap­pel, le nouveau, ils parlent de l’ab­sence sous toutes ses formes, à soi-même et aux autres, lorsqu’on est rivé à son portable par exemple. Un sujet pas toujours drôle mais qui concerne chacun de nous et qu’ils abordent dans un vrai concert à la scéno­gra- phie étudiée, avec des parti­tions qui mélangent sons acous­tiques (violon et guitare) et numé­riques à l’aide de tablettes et de smart- phones. Les textes, eux, ne tournent pas autour du pot, tout en main­te­nant deux niveaux de lecture pour que toute la famille y trouve son compte.

Le 8 décembre au théâtre de Vénis­sieux.

Rémi © Marc Domage

Rémi
Théâtre – Dès 8 ans

Né de parents incon­nus, aban­donné par sa mère adop­tive aimante mais infor­tu­née, Rémi est recueilli par Vita­lis, saltim­banque au grand cœur qui sillonne les routes de France avec ses spec­tacles de rue. L’his­toire de Sans Famille, ce roman culte d’Hec­tor Malot, est si triste. Mais passée à la mouli­nette de Jona­than Capde­vielle, metteur en scène, marion­net­tiste et perfor­meur, elle revêt une forme de folie qui permet aussi d’en rire, parfois aux éclats. Les réfé­rences inopi­nées à la culture pop et à l’ac­tua­lité font mouche, tout comme les chan­sons et surtout les costumes incroyables des quatre acteurs qui incarnent tous les rôles dont ceux de Capi et Joli Coeur. Roman fleuve oblige, la pièce se joue sur scène et sur un CD avec lequel les spec­ta­teurs repartent chez eux.

Les 8 et 11 décembre, au TNG, Lyon 9e.

Monsieur X
Théâtre sans parole – Dès 8 ans

Si vous avez eu la bonne idée de montrer à vos enfants les films Les Compères, La Chèvre ou Le Grand Blond avec une chaus­sure noire, emme­nez-les voir Pierre Richard dans son solo mis en scène par Mathilda May (Molière du meilleur seul en scène en 2020). À 85 ans, l’im­mense acteur n’a rien perdu de son élégance et de sa fantai­sie. Cousin de Buster Keaton, de Char­lie Chaplin ou du Monsieur Hulot de Jacques Tati, il incarne ainsi un vieux mon- sieur, vivant seul dans un appar­te­ment dont les objets lui jouent des tours à chaque instant, et qui ne sait donc plus très bien dis- tinguer le rêve et la réalité. Drôle et touchant, mis en musique par Ibra­him Maalouf, ce spec­tacle sans parole et empreint de poésie a tout pour plaire au jeune public.

Les 17 et 18 décembre, au Radiant-Belle­vue, Caluire-et-Cuire, en parte­na­riat avec le théâtre des Céles­tins.

The Valley of human sound
Danse – Dès 7 ans

Si le théâtre de la Croix-Rousse a souvent colla­boré avec l’Opéra de Lyon, et en parti­cu­lier la Maîtrise pour des pièces jeune public, il ne l’avait jamais encore fait avec le Ballet. Ce sera chose faite en décembre avec une créa­tion qui reflète la volonté de sa nou- velle direc­trice, Court­ney Geraghty, de défendre – notam­ment – un théâtre de l’in­clu­sion et du fémi­nin. Choré­gra­phiée par le Sud-Afri­cain Grégory Maqoma, cette pièce met en scène une commu­nauté de femmes déce­lant dans les sons de leurs corps, le pouvoir de créer un monde magique. Ce gyné­cée est inter­prété dans toute sa diver­sité par quatre danseuses et une chan­teuse, pour un spec­tacle 100% fémi­nin à la portée de tou.te.s.

Du 17 au 30 décembre au théâtre de la Croix-Rousse, Lyon 4e.

Dolo­rès Wilson
Théâtre musi­cal – Dès 7 ans

Photo­graphe pour des publi­ci­tés de fromages, espionne, femme de ména­ge… Autant de métiers qu’exerce « l’in­té­ri­maire de première classe » Dolo­rès Wilson, héroïne d’une série d’al­bums jeunesse dont les aven­tures sont ici adap­tées pour la scène par la compa­gnie greno­bloise Les Belles Oreilles. Joyeuse, entraî­nante et loufoque, leur mise en scène est ryth­mée par de la musique et le brui­tage réalisé à partir d’objets du quoti­dien. Dans cette pièce auréo­lée de deux prix aux festi­val Ping Pong 2019, dont celui décerné par le jury des enfants, Dolo­rès devra s’ar­mer de courage pour affron­ter pas moins qu’un vampire et qu’un yéti, au cours de ses folles jour­nées de travail.

Du 21 au 23 décembre aux Clochards Célestes, Lyon 1er.