Si le festi­val Lumière propose chaque année une séance dédiée aux enfants, le reste de sa program­ma­tion recèle aussi de belles pépites ciné­ma­to­gra­phiques à leur faire voir. Truf­faut, Gabin, Dustin Hoff­man ou Taver­nier : décou­vrez celles que nous avons déni­chées dans cette 13e édition.

La projo rien que pour les marmots
DÈS 5 ANS

Comme à chaque édition, le festi­val propose aux enfants de voir ou revoir un film souvent devenu culte. Vingt ans après sa sortie, c’est le premier volet de la saga Shrek, ogre vert mal léché au coeur gros comme ça, qui tien­dra la vedette de la Halle Tony-Garnier à moins qu’elle ne lui soit volée par sa voix française, Alain Chabat, présent lors de la projec­tion.

Durée : 1h29. Dimanche 10 octobre à 15h à la Halle Tony-Garnier (7e).
Tarifs : 8€ (- 14 ans) et 10€.

Les 400 coups

Antoine Doinel, possible alter ego
DÈS 8 ANS

Premier film de François Truf­faut, Les Quatre Cents Coups marque son entrée dans la Nouvelle Vague et lance la carrière de Jean-Pierre Léaud en inter­prète de son héros récur­rent, Antoine Doinel. Alors tout minot, il joue en noir et blanc, un préado dur à cuire qui n’en fait qu’à sa tête, préfé­rant la liberté de la rue au carcan de la salle de classe. Soixante ans plus tard, ça nous parle encore !

Durée : 1h39. Dimanche 10 à 19h45 au Pathé Belle­cour (2e).
Tarifs : 4€ (- 14 ans), 5€ (accré­di­tés) et 7€.

Pour rire avec les grands
DÈS 9 ANS

Le festi­val rend hommage à deux grands cinéastes dispa­rus : l’Amé­ri­cain Sidney Pollack et le Lyon­nais Bertrand Taver­nier, fonda­teur de l’Ins­ti­tut Lumière, décédé début 2021. Réalisé par le premier, Toot­sie est une comé­die à la fois drôle et sévère sur l’uni­vers d’Hol­ly­wood qui devrait amuser les enfants. On y voit Dustin Hoff­man inter­pré­ter un comé­dien en panne de rôles, et qui décide de se traves­tir pour passer le casting d’une série à succès. Avec Quai d’Or­say, Taver­nier adapte à merveille la bande-dessi­née du même nom, signée Blain et Lanzac. L’his­toire d’un jeune diplômé qui arrive au minis­tère des Affaires étran­gères pour écrire les discours d’un ministre éche­velé et hyper­ac­tif incarné par Thierry Lher­mitte. Ce person­nage clow­nesque et le rythme ébou­rif­fant du film ont de quoi plaire aux plus jeunes.

Toot­sie. Durée : 1h56. Vendredi 15 à 20h30 au Pathé Vaise (9e), samedi 16 à 10h45 au Comœ­dia (7e), dimanche 17 à 14h30 au Pathé Belle­cour (2e).
Quai d’Or­say. Durée : 1h53. Dimanche 10 à 16h30e à l’UGC Confluence (2e).
Tarifs : 4€ (- 14 ans), 5€ (accré­di­tés) et 7€.

Quai d’Or­say

Du noir et blanc pas plan-plan
DÈS 11 ANS

Passé les dix premières minutes de ces chefs-d’oeuvre, parions que les enfants oublie­ront le noir et blanc, attra­pés par l’his­toire et le jeu des comé­diens. De plus, ils se passent tous deux à des moments clefs de l’His­toire, ce qui alimen­tera la discus­sion en rentrant à la maison. La période du Front Popu­laire pour La Belle Équipe, de Julien Duvi­vier, qui voit une bande de joyeux drilles, Gabin en tête, gagner au loto et tenter de monter une guin­guette. Le début de la Deuxième Guerre mondiale dans To Be or Not to Be de Lubitsch, où une troupe de comé­diens répète une pièce comique sur Hitler, à Varso­vie, en 1939… Humour, traits d’es­prit et grands acteurs à l’af­fiche !

To Be or Not to Be. Durée : 1h30. Dimanche 10 à 14h au Comoe­dia (7e), mercredi 13 à 14h à Décines, jeudi 14 à 20h à l’UGC Asto­ria (6e), dimanche 17 à 16h45 au Lumière Terreaux (1er).
La Belle Équipe. Durée : 1h44. Mercredi 13 à 16h45 à l’UGC Confluence (2e), jeudi 14 à 19h30 à la Villa Lumière (8e), samedi 16 à 21h30 au Pathé Belle­cour (2e), dimanche 17 à 10h45 au Comœ­dia (7e).
Tarifs : 4€ (- 14 ans), 5€ (accré­di­tés) et 7€.

Festi­val Lumière, du samedi 9 au dimanche 17 octobre dans la Métro­pole de Lyon. Programme complet sur festi­val-lumiere.org