Parmi les nouvelles expo­si­tions du Musée d’art contem­po­rain, toutes consa­crées à des artistes plas­ti­ciennes, celle de Chris­tine Rebet nous a tapé dans l’œil. Passion­née par la notion d’image et l’illu­sion, voire la mani­pu­la­tion qu’elle permet, elle présente avec Esca­po­lo­gie une œuvre où se mêlent l’in­time et le poli­tique, où la spiri­tua­lité tente de répa­rer les tour­ments du monde. Pratiquant le dessin de manière compul­sive depuis l’en­fance, l’ar­tiste en a fait le socle de son travail. Elle en produit des milliers, à l’encre, qu’elle monte ensuite en petits films, de manière arti­sa­nale, comme aux premiers temps du cinéma. Ce « cinéma de papier  », comme elle le nomme, lui sert à racon­ter des récits très person­nels comme l’his­toire de son père revenu trau­ma­tisé de la guerre d’Al­gé­rie. Et d’autres qu’elle va cher­cher à l’autre bout de la planète, comme cette tradi­tion de la pêche à la perle pratiquée jusque dans les années 1920, dans le golfe Persique, par des esclaves qui ryth­maient leurs gestes de leurs chants.

L’am­biance hypno­tique déga­gée par ces courts-métrages est renfor­cée par une scéno­gra­phie inti­miste qui les place, avec leurs dessins prépa­ra­toires et quelques pein­tures murales, dans des espaces parti­cu­liers : ici un cabi­net victo­rien pour une panto­mine sur les débuts de la propa­gande nazie, là une cabane de Far West pour un conte macabre dont on a adoré la B.O. compo­sée par le frère de l’ar­tiste.

Ce ne sont donc pas préci­sé­ment des histoires pour enfants, mais leur trai­te­ment graphique, faus­se­ment naïf et coloré, inspiré des premiers dessins animés, saura capter leur atten­tion, déployer leur imagi­na­tion et susci­ter des discus­sions.

Esca­po­lo­gie, jusqu’au dimanche 2 janvier 2022, au Mac de Lyon,
Cité inter­na­tio­nale, 81 quai Charles de Gaulle, Lyon 6e.
Tél. 04 72 69 17 17. mac-lyon.com
Ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 18h.
Tarifs : 4 et 8€, gratuit pour les – 18 ans.