Voilà un spec­tacle créé en 2018 et qui depuis, a fait le tour de la planète en rencon­trant un immense succès. La raison ? Sans doute le souffle de vie univer­sel et bien­fai­teur que dégage Näss (« les gens » en arabe) à travers une danse d’une richesse et d’une puis­sance excep­tion­nelles.

Une choré­gra­phie mêlant plusieurs styles de danse

Une danse qui flirte avec la transe, offerte par sept inter­prètes issus aussi bien du ballet clas­sique que du hip-hop ou encore du kung-fu. C’est la signa­ture du choré­graphe Fouad Bous­souf, lui-même venu du hip-hop, mais qui ne cesse d’étof­fer son voca­bu­laire choré­gra­phique par la danse contem­po­raine, le cirque et les danses tradi­tion­nelles d’Afrique du Nord.

Inspiré par son enfance et sa culture

Dans Näss, il dresse juste­ment un pont entre les musique et danse maro­caines de son enfance et les cultures urbaines qu’il a ensuite embras­sées. Car à chaque fois, prévaut la force du groupe, que son éman­ci­pa­tion passe par la spiri­tua­lité ou le corps. Mené tambour battant, Näss célèbre la joie d’être ensemble.

Infos pratiques

Näss (Les Gens), du mardi 12 au vendredi 15 avril à 20h30 Maison de la danse, 8 avenue Jean-Mermoz, Lyon 8e . Tél. 04 72 78 18 00. Durée : 55 min. Tarifs : de 10 à 32€. maison­de­la­danse.com

Article rédigé par Clarisse Bioud • Photo d’ou­ver­ture : © Char­lotte Audu­reau