Disper­sées dans le monde, sept sœurs vieillis­santes se réfu­gient dans la maison de leur enfance. Dehors, la tempête gronde. Mais la maison n’est pas seule mena­cée. Dans la tête de ces femmes aussi, c’est le bazar, car leur mémoire flanche. Le Turak Théâtre est de retour, avec son univers si singu­lier, élaboré à partir d’objets du quoti­dien revi­si­tés pour leur faire racon­ter d’autres histoires. Ici, des planches à repas­ser et des globes terrestres côtoient un baby-foot, objet central de cette pièce, point de rallie­ment des sœurs en perdi­tion.

« Un éton­nant voyage, poétique et farfelu »

Après Incer­tain Monsieur Tokbar, la compa­gnie lyon­naise conti­nue de s’in­ter­ro­ger sur la notion de mémoire, indi­vi­duelle et collec­tive. Elle nous plonge cette fois dans une sorte de gyné­cée dont l’his­toire emprunte aussi bien aux Trois Sœurs de Tche­khov qu’aux Sept Samou­raïs de Kuro­sawa. Entre mélo­drame et film de gang­sters, 7 Sœurs de Tura­kie – ce pays qui n’existe que dans notre imagi­naire – propose un éton­nant voyage, poétique et farfelu.

Infos pratiques

7 Sœurs de Tura­kie, du vendredi 8 au samedi 16 avril à 20h (sauf dimanche 10 à 15h30 et jeudi 14 à 19h30). TNP, 8 place Lazare-Goujon, Villeur­banne. Tél. 04 78 03 30 00. tnp-villeur­banne.com. Durée : 1h15. Tarifs : de 7 à 25€.

Article rédigé par Clarisse Bioud • Photo d’ou­ver­ture : © Turak Théâtre – Raphaël Lican­dro