Après une édition zéro en format numé­rique en 2021, la première Bien­nale des langues orga­ni­sée par la Cara­vane des dix mots se tien­dra au Centre Berthe­lot du 19 au 22 mai. Un événe­ment inédit qui célèbre la diver­sité linguis­tique et cultu­relle à travers des tables rondes, ateliers, spec­tacles, jeux et rencontres.

Une expé­rience ludique

Dans la cuisine convi­viale du théâtre des Aspho­dèles, l’équipe de la Cara­vane des dix mots est en grande conver­sa­tion. Thierry Auzer, président de l’or­ga­ni­sa­tion, Egidio Marsico, cher­cheur au CNRS du labo­ra­toire Dyna­mique du langage et plusieurs jeunes partagent les résul­tats d’une enquête réali­sée au collège Gabriel-Rosset (Lyon 7e) où ils ont recensé plus de 80 langues parlées. Une diver­sité linguis­tique et cultu­relle qui les passionne et qu’ils mettent à l’hon­neur lors de la Bien­nale des langues dont ils sont insti­ga­teurs. Quatre jours d’ex­pé­riences ludiques et de rencontres passion­nantes qui dépous­sièrent le domaine linguis­tique en réin­ter­ro­geant son sens : « Que veut dire parta­ger une langue ? » Par des approches ludique, scien­ti­fique, philo­so­phique, artis­tique et toujours popu­laire, l’évé­ne­ment veut ainsi sensi­bi­li­ser un public varié à la richesse des langues. 

On s’amuse, mais on apprend aussi !

Cons­truite sur le modèle d’une expo­si­tion univer­selle, la Bien­nale déploie dans la cour du Centre Berthe­lot plusieurs pavillons qui sont autant d’en­trées dans les langues : « langues et société », « langues et expres­sions », « langues en ques­tions »… Des spécia­listes y tien­dront des tables rondes sur des ques­tions passion­nantes, dont certaines que les enfants se posent volon­tiers : « Qui a parlé le premier ? », « Peut-on penser sans parler ? », « Est-ce qu’un animal parle ? », mais aussi « Combien de langues meurent chaque année? » ou « Traduire, est-ce trahir? »

Des invi­tés inédits

Parmi ces experts invi­tés, la marraine de la Bien­nale Henriette Walter, profes­seure émérite de linguis­tique, Jean Pruvost, histo­rien de la langue, Sophie Kern, cher­cheuse spécia­liste du déve­lop­pe­ment du langage chez l’en­fant, Nada Yafi de l’Ins­ti­tut du monde arabe, l’écri­vain népalo-indien Praj­wal Parajuly et bien d’autres. Des formes artis­tiques propo­se­ront, elles, d’en­tendre la beauté des langues grâce à des concerts de slam, de beat­box avec le cham­pion du monde Tiko ou des photo­ma­tons dans lesquels une personne vien­dra murmu­rer à l’oreille des festi­va­liers dans sa langue mater­nelle.

Une fête remplie d’ate­liers

Les marion­nettes géantes de la Cara­vane des dix mots qui ont écumé les Sommets de la fran­co­pho­nie à Buca­rest, Kinshasa, au Séné­gal et au Québec seront aussi de la partie. Sans oublier de nombreux ateliers, dont la liste sera affi­chée à l’en­trée du Centre et des projec­tions au Comœ­dia. Une vaste fête pour, comme nous y invite Thierry Auzer, « aller à la pêche au sens des mots, au-delà de leur défi­ni­tion, afin de montrer la richesse et la diver­sité que tout être humain porte en lui. »

Infos pratiques

Bien­nale des langues, du 19 au 22 mai 2022, dans la cour du Centre Berthe­lot et dans des lieux parte­naires de Lyon 7e.
Les 19 et 20 mai sont réser­vés aux scolaires; les 21 et 22 sont ouverts au grand public. Entrée libre et gratuite. Program­ma­tion complète sur cara­va­ne­des­dix­mots.com
Infos : inter­na­tio­[email protected]­ca­ra­va­ne­des­dix­mots.com ou 04 78 54 30 02.

Article rédigé par Louise Reymond • Photo d’ou­ver­ture : © DR