Sortez au théâtre! Courez au musée! La nouvelle saison cultu­relle de la métro­pole lyon­naise a de quoi chan­ger les idées de toute la famille, nous faire rire aux éclats de ce qui nous fait parfois un peu trop peur, ouvrir de nouveaux hori­zons aux enfants et nous faire rêver tous ensemble d’un monde meilleur. Décou­vrez la liste de nos envies, de septembre à décembre 2022!

EN SEPTEMBRE

SPECTACLES

Le Bull Machin de Villeur­banne, le grand prix de course de chiens –Théâtre de rue – Dès 3 ans

Villeur­banne n’en finit pas de faire parler d’elle et c’est normal puisqu’elle est Capi­tale française de la Culture cette année ! En septembre, elle crée encore l’évé­ne­ment avec la venue de la cultis­sime compa­gnie Royal de Luxe, instal­lée à Nantes, et mondia­le­ment connue pour sa Saga des Géants, spec­tacles de rue monu­men­taux. Avec Le Bull Machin de Villeur­banne, le grand prix de course de chiens, dont on ne sait rien à ce jour tant les secrets de créa­tion de la compa­gnie sont bien gardés, elle va comme à son habi­tude aller à la rencontre des habi­tant·e·s pour leur racon­ter une histoire tout en poésie et en fantai­sie à l’échelle de leur ville. Des pantins arti­cu­lés et gigan­tesques sont atten­dus dans les rues de Villeur­banne : un spec­tacle gran­diose et gratuit à ne surtout pas manquer!

Du 23 au 25 septembre, à Villeur­banne.

Les Contes du samedi- Contes musi­caux – Dès 3 ans

À la rentrée, la Comé­die Odéon inau­gure un nouveau rendez-vous dédié aux enfants. Un samedi par mois, ils pour­ront venir voir et écou­ter un conte mis en musique et portant sur des théma­tiques comme l’éco­lo­gie, l’ami­tié, le handi­cap ou le voyage. En septembre, ils décou­vri­ront Frag’Ils conté par Ernest Afriyié, accom­pa­gné par le chan­teur et musi­cien Sadoo (dès 6 ans) : une joyeuse échap­pée dans le désert où les enfants, les fleurs et les oiseaux nous rappellent l’im­por­tance de culti­ver des liens d’ami­tié, dans le respect de leurs diffé­rences. Suivront jusqu’à Noël, Sacrés numé­ros (dès 5 ans) du même duo d’ar­tistes puis Papa­gayo ou La Petite Fille et le Perroquet et Quet­zali et le Chant du rossi­gnol (dès 3 ans) propo­sés par la conteuse Mercedes Alfonso, accom­pa­gnée du musi­cien Lukas Villon.

Le 24 septembre, le 8 octobre, le 19 novembre, le 10 décembre, puis en 2023, à la Comé­die Odéon, Lyon 2e.

Spectacle L'inclinée aux Subsistances
L’in­cli­née aux Subsis­tances © DR

L’In­cli­née –Skate et danse – Dès 8 ans

La saison dernière, on a pu voir des skates glis­ser sur la scène du TNP, au sein même d’un spec­tacle de danse. Cet automne, c’est aux Subs que cela se passera avec L’In­cli­née, un projet artis­tique protéi­forme du plas­ti­cien skateur Raphaël Zarka et des choré­graphes Julie Desprai­ries et Thierry Thieû Niang, inspi­rés par l’ar­chi­tec­ture des lieux et la dimen­sion popu­laire de la pratique du skate. Le hangar sera ainsi trans­formé en véri­table skate­park, agré­menté de modules en bois de diffé­rentes formes sur lesquels s’élan­ce­ront des danseurs pour des perfor­mances, mais aussi des skateurs amateurs ou chevron­nés lors de sessions spécia­le­ment ouvertes pour eux. Un espace de liberté et de créa­ti­vité, hors du temps et gratuit.

Du 28 septembre au 8 octobre, aux Subsis­tances, Lyon 1er.

EXPOS

Toutan­kha­mon, à la décou­verte du pharaon oublié – Histoire – Dès 6 ans

Il y a tout juste un siècle, en Égypte, l’ar­chéo­logue Howard Carter décou­vrait le tombeau de Toutan­kha­mon. La nouvelle expo propo­sée à la Sucrière par les concep­teurs de Hyper­réa­lisme et de Antoine de Saint Exupéry. Un Petit Prince parmi les Hommes, revient non seule­ment sur cet événe­ment histo­rique et ses consé­quences média­tiques et touris­tiques, mais nous plonge aussi dans ce que put être l’Égypte de Toutan­kha­mon. Dans une scéno­gra­phie qui mixe immer­sion et muséo­lo­gie tradi­tion­nelle, on marche sur les pas de Carter dans sa décou­verte, ses fouilles longues de dix années et ce qui s’en­sui­vit. Un parcours d’aven­tu­rier qui devrait plaire aux enfants souvent fasci­nés par les pharaons, les pyra­mides et leurs secrets. Et pourquoi pas susci­ter des voca­tions d’ar­chéo­logue.

À partir du 29 septembre, à La Sucrière, Lyon 2e.

EN OCTOBRE

SPECTACLES

Spectacle Corps extrêmes
Corps extrêmes © Pascale Cholette

Corps extrêmes –Danse et cirque – Dès 8 ans

Parfois, le plan­cher de la scène ne suffit pas, et certains choré­graphes veulent voir leurs danseurs prendre de la hauteur. C’est le cas de Rachid Ouram­dane qui, dans sa dernière créa­tion, fait défier les lois de la gravité à ses dix inter­prètes. Parmi ceux-là, des circas­siens évidem­ment, mais aussi deux spor­tifs de haut niveau – un high­li­ner et une grim­peuse – prêts à prendre tous les risques pour repous­ser encore plus loin les limites de la danse ! Les somp­tueuses projec­tions vidéo vous trans­portent litté­ra­le­ment dans des paysages natu­rels comme si vous y étiez, habi­tés par la musique origi­nale de Jean-Baptiste Julien. Un spec­tacle en apesan­teur, qui bala­dera les enfants de leur mur d’es­ca­lade au rêve d’Icare.

Du 5 au 8 octobre, à la Maison de la Danse, Lyon 8e.

Petrou­chka –Conte musi­cal – Dès 7 ans

Douce voix de Radio clas­sique et fidèle de l’Au­di­to­rium, Elodie Fondacci y revient cette saison pour racon­ter aux enfants l’his­toire de Petrou­chka, écrite et mise en musique par Igor Stra­vinski pour les Ballets russes au début du XXe siècle : lors d’une fête foraine, alors que les badauds se pressent, un magi­cien capte toute l’at­ten­tion avec ses marion­nettes, Petrou­chka, la Balle­rine et le Maure. Remi­sées dans la roulotte à l’is­sue du spec­tacle, elles s’animent en secret, Petrou­chka et le Maure se livrant bataille pour les beaux yeux de la Balle­rine, qui n’en a pas grand-chose à faire. Aux côtés d’Elo­die Fondacci, c’est l’Or­chestre natio­nal de Lyon, dirigé par son jeune chef assis­tant Anton Holmer, qui inter­pré­tera la musique joyeuse et enle­vée du grand Stra­vinski.

Le 8 octobre, à l’Au­di­to­rium, Lyon 3e.

Le Petit Chaperon rouge
Le Petit Chape­ron rouge © Simon Gosse­lin

Le Petit Chape­ron rouge – Théâtre et arts visuels – Dès 4 ans

Ce fut l’une des belles surprises du Festi­val d’Avi­gnon 2022 : un moment de théâtre total qui immerge les jeunes spec­ta­teurs dans un univers hypno­tique et senso­riel pour leur racon­ter l’his­toire du Petit Chape­ron rouge. C’est la version des frères Grimm – celle faisant inter­ve­nir le chas­seur – que le collec­tif Das Plateau a choisi d’adap­ter car elle pointe le courage et la déter­mi­na­tion de l’hé­roïne plutôt que sa naïveté. Une vision posi­tive, mâti­née de fémi­nisme, qui n’élude pas l’as­pect effrayant de cette histoire de grand méchant loup. Au contraire, le spec­tacle encou­rage les enfants à traver­ser leurs peurs, en leur faisant arpen­ter un sentier, péné­trer une forêt, tirer la chevillette d’une maison… Tout cela à l’aide de voix murmu­rées, de décors mouvants et de jeux de miroirs très ciné­ma­to­gra­phiques.

Les 8, 9, 12 et 15 octobre, aux Ateliers Presqu’île, Lyon 2e (2e salle du TNG de Vaise, fermé pour travaux jusqu’en septembre 2024).

Le Petit Caba­ret Chagall – Le Jardin Matisse – Danse – Dès 5 ans

Racon­ter l’his­toire de l’art aux enfants par la danse, voilà la belle idée de la Cie La Loco­mo­tive, dans deux formes courtes qui seront présen­tées à la suite au théâtre Théo-Argen­ce*. Dans Le Petit Caba­ret Chagall, un duo formé par un homme et une femme reprend les codes du caba­ret pour une plon­gée dans l’uni­vers sensible du peintre russe aux 1000 couleurs, mettant en chan­sons quelques-uns de ses textes sur la musique de Mozart. Dans Le Jardin Matisse, dernière créa­tion de la compa­gnie, le même duo inter­prète un peintre (Matisse) et sa muse, faisant de leurs corps des instru­ments pour rendre compte à la fois de son univers pictu­ral, tantôt figu­ra­tif, tantôt abstrait, et de la musique de Debussy qui les accom­pagne.

Le 12 octobre, à l’Es­pace Mosaïque, 47 rue Aris­tide-Briand, à Saint-Priest (Théâtre Théo Argence fermé pour travaux).

L'État du monde
L’État du monde © Manuel Lino

L’État du monde (un dur réveil) – Théâtre – Dès 6 ans

La planète, on a tous envie de la sauver ; le réchauf­fe­ment clima­tique, on veut tout faire pour le réduire. Alors pourquoi conti­nuer de jeter nos déchets un peu n’im­porte comment dans nos poubelles et de s’ache­ter appa­reils élec­tro­niques et vête­ments à gogo ? C’est ce para­doxe que pointe de façon plutôt maligne ce spec­tacle de la compa­gnie portu­gaise Formiga Atómica joué en français au théâtre du Point du Jour. Sur la scène, sobre­ment éclai­rée par un astre bleu nuit, un comé­dien pioche au sein d’une espèce d’as­té­roïde géant un tas d’objets usuels (T-shirt, dino­saure en plas­tique, embal­lage de street-food…) pour nous parler d’écolo­gie du quoti­dien et du fameux effet papillon de nos petits agis­se­ments. Les beaux discours, c’est bien, mais agir chacun à sa portée au quoti­dien, c’est bien mieux : simple et basique, mais ça va mieux en le disant !

Le 13 octobre, au théâtre du Point du Jour, Lyon 5e.

Dans ma nature ou l’éter­nelle jeunesse – Théâtre – Dès 8 ans

Connu à Lyon pour avoir dirigé le TNG de 2004 à 2014, l’au­teur, comé­dien et metteur en scène Nino d’In­trona présen­tera sa nouvelle créa­tion au théâtre de Vienne, cet automne. Adepte des drama­tur­gies de l’in­time, il conti­nue sur sa lancée avec une propo­si­tion de contes fantas­tiques écrits pour lui par son complice Stéphane Jauber­tie. Les enfants décou­vri­ront trois courtes pièces traver­sées par le thème de l’eau. Dans ma nature, la première, raconte l’his­toire de deux enfants intri­gués par le bruit de sanglots semblant venir de la forêt. Dans Le Fils de la baleine, il est ques­tion de la diffi­culté d’avoir pour mère une balei­ne… vrai­ment encom­brante ! Enfin, Autre vie place un père et son fils sur un quai d’où ils regardent partir les bateaux… Des histoires d’eau, égale­ment irri­guées de messages sur le courage, la liberté et l’impor­tance de rêver.

Le 18 octobre, au théâtre François-Ponsard, Vienne. 

Le Petit Prince – Théâtre – Dès 6 ans

Quoi ? Encore une adap­ta­tion du Petit Prince ? Oui, mais celle-ci a la parti­cu­la­rité de dépla­cer son histoire en milieu rural. Oubliez donc l’uni­vers spatial du célèbre conte, il sera ici ques­tion de venir plan­ter son imagi­naire les deux pieds dans la terre, la terre agri­cole. Pour autant, la Cie Démem­brée se saisit de la dimen­sion écolo­gique déjà présente dans le texte d’ori­gine, quand le Petit Prince s’inquiète du deve­nir de sa planète, et en offre une relec­ture sous l’angle de l’ur­gence envi­ron­ne­men­tale actuelle. Elle fait appel à la poésie, la rêve­rie et la fantai­sie de l’en­fance pour, à la manière du petit héros de Saint-Exupéry, poin­ter sans ciller les contra­dic­tions des adultes.

Du 18 au 23 octobre, au Théâtre des Clochards célestes, Lyon 1er. 

Le Chat – Théâtre – Dès 12 ans

Tous les adultes s’en souviennent : le collège n’est pas l’en­droit le plus bien­veillant qui soit. Et c’est peut-être pire aujourd’­hui du fait de l’exis­tence des réseaux sociaux, géniaux pour échan­ger avec ses amis, mais lieux poten­tiels de déni­gre­ment, de harcè­le­ment, de violence. Écrite par François Hien et Yann Lheu­reux, en colla­bo­ra­tion avec des élèves de 4e d’un collège de Vaulx-en-Velin, la pièce Le Chat évoque tout cela, à partir d’une simple histoire de chat retrouvé mal en point par une collé­gienne. Naît un conflit avec une autre élève qui prétend mieux s’en occu­per quand, paral­lè­le­ment, une autre encore se fait harce­ler par « ses copines ». La situa­tion s’en­ve­nime, sous le regard des adultes, parents ou profs, souvent dému­nis. Un spec­tacle vif et très actuel, mené comme une enquête et qui sera joué sur plusieurs scènes, mais aussi dans des établis­se­ments scolaires. 

Le 21 octobre, au Théâtre de Vénis­sieux, (égale­ment le 15 octobre au Pola­ris).

EXPOS

Spec­ta­cu­laire ! Le diver­tis­se­ment chez les Romains – Histoire – Dès 6 ans

Après nous avoir montré leurs cuisines puis leur attrait pour le pouvoir, Lugdu­num nous dit tout sur le goût du spec­tacle chez les Romains. S’ap­puyant sur les nombreux édifices présents à Lyon – amphi­théâtres, cirques… – et avec la compli­cité de comé­dien·­ne·s, le musée nous fait déam­bu­ler d’un lieu à l’autre, en son sein et extra-muros, au gré des courses de chars, des combats de gladia­teurs, des repré­sen­ta­tions théâ­trales et des panto­mimes si prisés à l’An­tiquité. Au-delà du faste et du plai­sir de faire la fête, à quelle occa­sion ces spec­tacles étaient-ils propo­sés et pour qui? On s’amu­sera à décou­vrir que le star busi­ness exis­tait déjà à l’époque et que l’on peut d’ailleurs faire de curieux paral­lèles avec la société du spec­tacle d’aujourd’­hui. Ludique et immer­sive, la scéno­gra­phie permet­tra aux enfants de jouer et de se costu­mer pour, eux aussi, se donner en spec­tacle !

Du 6 octobre 2022 au 11 juin 2023, à Lugdu­num – Musée et théâtres romains, Lyon 5e.

EN OCTOBRE

FESTIVALS

L’Étrange Noël de Mister Jack, de Tim Burton © DR

Festi­val Lumière – Cinéma – Dès 6 ans

Si dans les éditions précé­dentes, il fallait souvent se conten­ter de la projec­tion fami­liale à la Halle Tony-Garnier pour profi­ter du festi­val avec les enfants, le prix Lumière de cette année, décerné à Tim Burton, change sérieu­se­ment la donne ! Car d’Edward aux mains d’argent à Dumbo, en passant par le cultis­sime Char­lie et la Choco­la­te­rie et L’Étrange Noël de Mister Jack juste­ment projeté en séance Famille le mercredi après-midi, la filmo­gra­phie du réali­sa­teur améri­cain a tout pour plaire aux plus jeunes, que ce soit du côté des histoires racon­tées que des diffé­rents univers esthé­tiques déployés. Avec les ados (dès 12 ans), ne ratez pas la Nuit Tim Burton peuplée de ses créa­tures les plus extra­va­gantes (Beet­lejuice, Mars Attacks…) et de nombreuses surprises jusqu’au petit matin. D’au­tant que pour les enfants, l’ac­cré­di­ta­tion est à leur nom et gratuite !

Du 15 au 23 octobre. 

SPECTACLES

Spectacle Midi nous le dira
Midi nous le dira © Michel Cavalca

Midi nous le dira – Théâtre – Dès 10 ans

Ce n’est pas le Bac qui stresse Nadja, 18 ans, mais plutôt les résul­tats de la commis­sion sélec­tion des jeunes espoirs de foot. Il est 11 heures et dans une heure, elle saura si elle est accep­tée pour jouer la prochaine Coupe du monde des moins de 20 ans! Alors, au lieu d’at­tendre les bras ballants et la peur au ventre, elle saisit son portable et se filme pour s’adres­ser à celle qu’elle imagine être dans dix ans. Et ce faisant, convoque les parcours de vie des diffé­rentes femmes de sa famille, de sa mère à son arrière-grand-mère. La comé­dienne Juliette Gharbi les incarne toutes, dans un seule-en-scène qui fait aussi la part belle à la musique élec­tro jouée en live. Écrit par la Lyon­naise José­phine Chaf­fin, le texte parle d’assi­gna­tion, d’égalité filles/garçons, de passion et de persé­vé­rance. Fémi­niste, assu­ré­ment, mais surtout univer­sel.

Les 22 et 25 novembre, au Théâtre de la Renais­sance, Oullins.

I Killed The Monster au TNP
I Killed The Mons­ter au TNP © DR

I killed the mons­ter – Théâtre d’objet – Dès 9 ans

Tout est calme dans la petite ville de Brognon, sauf Daniel, qui est un peu siphonné. Il accepte alors, pour se calmer, de tester un médi­ca­ment venu des États-Unis. Au début tout va mieux, puis le chien du voisin dispa­raît. Ce n’est que le début du cauche­mar de Daniel… Avec des objets du quoti­dien et quelques jouets minia­tures, le comé­dien Gild­wen Peronno plante le décor macabre et loufoque de son histoire de fou furieux qu’il raconte tambour battant, en inter­pré­tant lui-même le pauvre Daniel. La peur que pour­rait susci­ter ce person­nage de série B est contre­ba­lan­cée par le rythme effréné et l’humour burlesque du spec­tacle qui ne dure que 30 minutes.

Les 23 et 26 novembre, au TNP, Villeur­banne. 

Je suis tigre
Je suis tigre © DR

Je suis tigre – Danse, cirque et arts visuels – Dès 6 ans

Deux danseurs acro­bates (groupe Noces), la fille sur les épaules du garçon, dessinent à quatre mains le décor de leur histoire sur une feuille de papier géante. Puis, cette histoire s’anime aussi bien sur le papier que sur la scène où évoluent les artistes en duo. Dans une compli­cité corpo­relle, qui tend à celle de la gémel­lité, ils incarnent deux enfants en train de se rencon­trer. L’un d’eux, le garçon, s’ap­pelle Hisham. Il a quitté son pays en guerre et est arrivé là, près de cette petite fille qui s’in­ter­roge à son sujet : pourquoi est-il en retard à l’école chaque matin, pourquoi porte-t-il toujours les mêmes habits… ? Ludique, bondis­sante ou douce et câline, la choré­gra­phie témoigne des jeux et chamaille­ries de l’en­fance, mais aussi des conflits et de la fuite vécus par le petit réfu­gié. Un récit à hauteur d’en­fants sans cher­cher à leur cacher la vérité de l’exil.

Les 23 et 26 novembre, au Théâtre de Ville­franche. 

Slava's Snow Show
Slava’s Snow Show © Vero­nique Vial

Slava’s Snow Show – Cirque – Dès 8 ans

Cet hiver à la Maison de la danse, les Lyon­nais·es plon­ge­ront dans l’uni­vers poétique d’un clown mélan­co­lique et atta­chant : Assis­saï. Autour de lui défile une cara­vane de person­nages, augustes cancres ou dignes clowns blancs. Mais c’est souvent seul que se retrouve le clown en barbo­teuse jaune, comp­tant les étoiles, nouant amitié avec un ballon dans des gags tragi­co­miques qui s’adressent à l’en­fant émer­veillé et triste que tout spec­ta­teur porte en lui, pour qui un lit devient bateau à voile et un porte-manteau un ami qu’on ne peut quit­ter. Consi­déré comme un chef-d’œuvre de l’art du clown, le Slava’s Snow Show enchante les spec­ta­teurs du monde entier depuis 1993. Avec ses costumes, décors et effets spéciaux, il est un bijou de poésie visuelle, et n’hé­site pas à rame­ner la tempête de neige sur scène. Un spec­tacle magique au final gran­diose qui souf­flera petits et grands.

Du 30 novembre au 11 décembre, à la Maison de la danse, Lyon 8e.

EN DÉCEMBRE

SPECTACLES

Spectacle Trois Hommes Vertes
Trois Hommes Vertes © Gwen­dal Le Flem

Trois Hommes vertes – Théâtre d’objets et arts visuels – Dès 4 ans

Trois extra-terrestres posent leur soucoupe volante dans la chambre d’un enfant endormi. Explo­rant ce nouveau terri­toire, ils découvrent diffé­rents objets et, en les mani­pu­lant, en extirpent des bruits qui ne cessent de les surprendre : ici une bouteille en plas­tique écra­sée qui, si on appuie dessus, évoque le croas­se­ment d’une grenouille ; là une bouillotte secouée qui laisse entendre le vent… Mis bout à bout par le trio d’hur­lu­ber­lus qui s’amusent de plus en plus, ces bruits donnent nais­sance à des histoires, celles rêvées par l’en­fant et proje­tées au-dessus de son lit sous forme de dessins animés. Roman­cière et plas­ti­cienne touche-à-tout, Valé­rie Mréjen s’est asso­ciée au brui­teur de cinéma Xavier Drouault pour créer ce spec­tacle d’une grande origi­na­lité, aussi poétique que très drôle.

Le 3 décembre, au Théâtre de la Croix-Rousse, Lyon 4e.

Diva Syndi­cat – Théâtre, musique et chant – Dès 7 ans

Qui est capable de citer trois compo­si­trices dans l’his­toire de la musique ? Pas facile, hein ? Partant de ce cruel constat, les deux comé­diennes/chan­teuses/musi­ciennes de la Cie Mise à feu se lancent malgré tout le défi de racon­ter l’his­toire de la musique occi­den­tale par les femmes sur 1000 ans, de la médié­vale Hilde­garde de Bingen à Aya Naka­mura ! Mais loin de présen­ter un cata­logue de la musique au fémi­nin, elles font un pas de côté vis-à-vis de la triste réalité histo­rique pour imagi­ner un autre récit, où les femmes réelles ou fictives (re)prennent la place. L’idée? Cons­truire un autre imagi­naire collec­tif et offrir, notam­ment aux petites filles, de nouvelles figures auxquelles s’iden­ti­fier. Convain­cue qu’il est « plus facile de s’ha­bi­tuer à des idées auxquelles on résiste quand on rit », la compa­gnie promet un spec­tacle drôle et étin­ce­lant. On la croit sur parole !

Le 6 décembre, à la Mouche, Saint-Genis-Laval. 

Histoires de fouilles au TNG
Histoires de fouilles au TNG © Erwan Floc

Histoires de fouilles – Théâtre – Dès 6 ans

Voilà un drôle de spec­tacle qui mélange science et théâtre, discours savant et culture popu­laire, avec humour et fantai­sie. David Wahl, son auteur et inter­prète est artiste asso­cié à Océa­no­po­lis, à Brest : il sait donc de quoi il parle ! Au-dessus d’un bac à sable placé sur la scène à hauteur d’en­fant, il inter­prète avec une comé­dienne complice un duo d’ar­chéo­logues en train d’ex­hu­mer de ses fouilles des os de dino­saures et diffé­rents objets, lais­sés par le temps ou jetés par les humains, dont certains sont en plas­tique. L’oc­ca­sion de racon­ter l’his­toire de ce déchet parmi d’autres, omni­pré­sent dans nos vies, mais au recy­clage limité. Entre terrain de jeu et terrain de fouilles, ce spec­tacle vient déli­vrer quelques secrets géolo­giques de leur planète.

Les 10 et 11 décembre aux Ateliers Presqu’île, Lyon 2e.

Arlequin poli par l’amour
Arlequin poli par l’amour © DR

Arlequin poli par l’amour – Théâtre – Dès 11 ans

Amou­reuse du jeune Arlequin qu’elle trouve très beau, une fée le kidnappe alors qu’il est endormi. Mais quelle n’est pas sa surprise à son réveil, de décou­vrir que son intel­li­gence n’est pas à la hauteur de sa beauté ! Déci­dant alors de l’éduquer, ses plans sont contre­car­rés par la rencontre d’Ar­lequin avec Silvia, la jolie bergè­re… Naïveté senti­men­tale, magie onirique, guir­landes illu­mi­nées et éner­gie à tous les étages, des comé­diens à la musique, voilà le grand spec­tacle des fêtes pour toute la famille dont Thomas Jolly s’est fait une spécia­lité. Avec Mari­vaux au pupitre, vous pouvez être sûrs que l’anti-confor­misme des person­nages finit toujours par débor­der des conven­tions du théâtre clas­sique. Une heure vingt de théâtre où les appa­rences se prennent les pieds dans le tapis des senti­ments profonds, voilà le programme fami­lial idéal pour s’en­ivrer avant d’abor­der l’hi­ver.

Du 13 au 30 décembre, au Théâtre des Céles­tins, Lyon 2e.

Porko­po­lis – Théâtre d’ombres et d’images – Dès 11 ans

Passion­née par la théo­rie du complot et les diffé­rentes formes qu’elle prend dans l’his­toire, la compa­gnie lyon­naise Traver­sant 3 a compris la néces­sité, pour la faire tomber, de déve­lop­per notre esprit critique. A fortiori celui des enfants, « les masses vigi­lantes » – comme disait Orwell – de demain. Dudit Orwell, elle adapte donc La Ferme des animaux pour sa dernière créa­tion bapti­sée Porko­po­lis : les animaux ont repris leur liberté après avoir chassé les humains qui les tyran­ni­saient et établi une société égali­taire. Mais cela ne dure qu’un temps car les cochons, aidés par les chiens, érigent une nouvelle dicta­ture portée par Napo­léon, porc suprême, qui s’ar­roge tous les pouvoirs. Une fable dénon­cia­trice, toujours d’ac­tua­lité, racon­tée en théâtre d’ombres et d’images proje­tées, avec des person­nages inter­pré­tés à la fois sur scène et sur l’écran.

Le 16 décembre, au Pola­ris, Corbas.

Dormir cent ans
Dormir cent ans © DR

Dormir cent ans – Théâtre et arts visuels – Dès 8 ans

Aurore et Théo, 12 et 13 ans au comp­teur, sont dans le même collège, mais ne se sont jamais parlé. Leur vie quoti­dienne d’ados timides et soli­taires est loin d’être facile, entre leurs parents à côté de la plaque et leurs profs de mauvais poil. Mais dans leurs rêves, bravant leurs peurs, ils se rencon­trent… Quelle expé­rience verti­gi­neuse que l’en­trée dans l’ado­les­cence. Un passage obligé, porteur de senti­ments et de sensa­tions contra­dic­toires : l’ex­ci­ta­tion, la peur, l’es­poir, l’en­nui… Cet embrouilla­mini, Pauline Bureau en fait un spec­tacle d’une qualité esthé­tique excep­tion­nelle, emprun­tant autant aux contes de Perrault et de Grimm qu’aux chan­sons de Patti Smith et servi par des dialogues qui feront se bidon­ner parents et enfants concer­nés par le sujet. 

Du 16 au 19 décembre, au Théâtre de la Croix-Rousse.

Glob au Radiant
Glob, au Radiant © DR

Glob – Cirque – Dès 5 ans

Après le Slava’s Snow Show à la Maison de la danse, le Radiant accueillera lui aussi des clowns blancs à nez rouge sous la neige au tout début des vacances de Noël. Ceux-là nous viennent du Québec (Cie des Foutou­kours), mais c’est un voyage en Norvège qui, par les paysages traver­sés, leur a inspiré cette scéno­gra­phie toute de blanc vêtue. Eux-mêmes emmi­tou­flés dans de drôles de combi­nai­sons poilues, les clowns Rémi Jacques et JeanFé­lix Bélan­ger s’émer­veillent de leur rencontre et du temps qu’il fait, profitent simple­ment du moment. Musi­ciens et acro­bates, ils expriment par un minu­tieux travail des corps, tout un tas d’émo­tions à la manière des acteurs du cinéma muet. Un très beau spec­tacle venu du froid, mais chaleu­reux, qui fait l’éloge de la lenteur. Et ça fait du bien.

Le 18 décembre, au Radiant-Belle­vue, Caluire-et-Cuire.

Article rédigé par Clarisse Bioud, Luc Hernan­dez et Louise Reymond • Photo d’ou­ver­ture : © Isabelle Four­nier