« Toi, tu sais à quoi ça ressemble un camp ? » « Pourquoi avez-vous tous un numéro sur le bras ? » Michel et Charly, deux frères curieux et turbu­lents, aime­raient en savoir davan­tage sur le passé de leur père. Dans les années 60, en Belgique, ils profitent d’une enfance heureuse au sein de leur famille juive. Taiseux et discret, leur père ne dévoile rien de son passé éprou­vant. En fouillant son bureau, les garçons découvrent des cartes, des photos et des croquis, et l’ima­ginent alors en grand aven­tu­rier ou cher­cheur de trésors… Mais que cache-t-il vrai­ment ?

Devoir de mémoire et trans­mis­sion

Adap­tant libre­ment la bande dessi­née de Michel Kichka* avec l’aide de sa coscé­na­riste Valé­rie Zenatti, la réali­sa­trice Véra Belmont pose la ques­tion centrale de la survie dans les camps et de la capa­cité de conti­nuer à vivre après. Devoir de mémoire et trau­ma­tisme sont au cœur de ce récit fami­lial arti­culé autour de la douleur d’un rescapé qui refuse long­temps de racon­ter ce qu’il a vécu et porte en lui la culpa­bi­lité du survi­vant comme la honte d’avoir été traité comme un sous-homme. Quand il parvient enfin à libé­rer sa parole à travers l’art – il est cari­ca­tu­riste –, son impli­ca­tion prend la forme d’une trans­mis­sion poignante et cathar­tique.

L’his­toire de la Shoah à hauteur d’en­fant

Acces­sible au jeune public pour toucher toutes les géné­ra­tions, Les Secrets de mon père réus­sit à lier l’in­sou­ciance de l’en­fance et l’hor­reur de cette période histo­rique, ce qui provoque parfois un déca­lage tragi-comique, mais offre une prise de recul déli­cate et bien­ve­nue sur les événe­ments. Entre trau­ma­tisme de la Shoah et aléas de l’exis­tence, ce joli film raconte la petite histoire d’une famille au cœur de la grande. Il a reçu les prix des jurys collé­giens et lycéens de Cannes Écrans juniors, au prin­temps dernier. 

* Deuxième géné­ra­tion, ce que je n’ai pas dit à mon père, publié en 2012 chez Dargaud 

Durée : 1h14 • Sortie : 21 septembre 2022

Article rédigé par Thomas Périllon • Photo d’ou­ver­ture: ©Je suis bien content 2022