Et s’il était plus facile d’ap­prendre à lire en rencon­trant les person­nages de ses histoires préfé­rées en chair et en os ? Voilà la belle idée déve­lop­pée dans Kerity, la maison des contes, réalisé en 2009 par Domi­nique Monféry avec la compli­cité lumi­neuse et féerique de l’illus­tra­trice jeunesse Rebecca Dautre­mer.

Natha­naël a bien­tôt 7 ans. C’est un petit garçon plutôt intro­verti, très proche de sa famille, même s’il subit régu­liè­re­ment les raille­ries de sa grande sœur Ange­lica. Affecté par le décès de leur grand-tante, Eleo­nore, qui passait beau­coup de temps à lui racon­ter des histoires, il peine à retrou­ver le goût de la lecture, embêté par ses diffi­cul­tés de déchif­frage.

Une biblio­thèque en héri­tage

Les deux enfants découvrent que leur aïeule leur a légué à chacun un cadeau : une poupée pour l’aî­née ; la clé d’une mysté­rieuse pièce de la maison pour Natha­naël. Celle-ci, que le garçon avait toujours connue verrouillée, abrite une impo­sante collec­tion d’ou­vrages de litté­ra­ture jeunesse, dans leur édition origi­nale. Peu emballé par ce legs au départ, Natha­naël découvre que les person­nages de ces livres – Alice, le Grand Méchant Loup, l’Ogre… – prennent vie à la nuit tombée et qu’ils sont aussi mena­cés par un grand danger. Compo­sant avec les carac­tères de chacun d’eux, il va leur venir en aide et peu à peu, se libé­rer de ses peurs.

Récon­ci­lier les enfants avec la lecture

Inspiré par le témoi­gnage d’un petit garçon de 4 ans, qui lui avait clamé un jour « Tu sais, moi, je ne sais pas lire !  » – comme si c’était une tare –, le réali­sa­teur Domi­nique Monféry a construit ce film d’ani­ma­tion enchan­teur autour d’un person­nage qui peine à savoir lire. Dans son récit, bien plus qu’une biblio­thèque remplie de milliers de livres, Nata­naël reçoit en héri­tage le don et le goût de la lecture. De quoi récon­ci­lier de nombreux enfants contra­riés dans leur appren­tis­sage de la lecture. Et puis, qui n’a jamais rêvé de rencon­trer les person­nages de ses contes préfé­rés ?

Le talent de Rebecca Dautre­mer

S’ap­puyant sur l’ex­tra­or­di­naire travail graphique de l’illus­tra­trice Rebecca Dautre­mer – dont on ne peut qu’ad­mi­rer le soin apporté aux contrastes, aux textures et à la lumi­no­sité –, Domi­nique Monféry livre une relec­ture merveilleuse et origi­nale des célèbres récits ayant bercé l’en­fance de nombreuses géné­ra­tions. Malheu­reu­se­ment passé trop inaperçu lors de sa sortie en 2009, Kerity, la maison des contes est pour­tant l’un des plus beaux films d’ani­ma­tion français du XXIe siècle, porté par la voix rocailleuse et enve­lop­pante de Jeanne Moreau qui double le person­nage de la tante Eléo­nore. Une aven­ture hale­tante qui ravira les amateurs de cinéma et les dévo­reurs de bouquins, mais pas seule­ment.

Durée: 1h20 • Dès 4 ans

L’info en plus : Kerity, la maison des contes a puisé ses idées et son univers dans les plus célèbres récits tradi­tion­nels de la litté­ra­ture jeunesse mais égale­ment en Bretagne, région qui a su conser­ver une belle partie de sa culture, ses légendes et ses coutumes. Kérity signi­fie d’ailleurs « petit village » en breton.

Article rédigé par Thomas Périllon Photo d’ou­­­ver­­­ture : © DR