Le Guide
des sorties et loisirs des familles
dans la métropole de Lyon
Accueil Dossiers De la seconde main pour bébés et enfants
Share

De la seconde main pour bébés et enfants

Mis à jour le 25/10/2023

Après avoir testé, l’an dernier, la loca­tion de vête­ments d’oc­ca­sion pour enfants, Annouck Blan­chouin les propose aujourd’­hui à la vente, dans sa boutique Loca Loca située en bas des Pentes de la Croix-Rousse. Quand on sait qu’un jeune enfant ne porte en moyenne un vête­ment que sept fois, on ne peut que soute­nir l’ini­tia­tive de cette Lyon­naise de cœur à l’en­ga­ge­ment commu­ni­ca­tif.

Rien ne prédes­ti­nait Annouck Blan­chouin, aujourd’­hui âgée de 26 ans, à s’en­ga­ger dans la lutte contre l’im­pact envi­ron­ne­men­tal de l’in­dus­trie textile. Étudiante à l’IAE de Lyon, il a fallu une année de césure parta­gée entre le Canada et la Nouvelle-Zélande, pour que la jeune Haute-Savoyarde au large sourire conta­gieux se pose LA ques­tion qui a tout changé pour elle : « Qu’est-ce qui fait sens pour moi et comment puis-je mettre mes compé­tences en vente, mana­ge­ment et marke­ting, au service d’une société qui me corres­ponde davan­tage ?  »

Elle opère alors un virage à 360 degrés et se docu­mente sur tout ce qui touche à l’im­pact envi­ron­ne­men­tal. « Le secteur agroa­li­men­taire béné­fi­ciait déjà d’une belle dyna­mique, alors je me suis tour­née vers celui de l’in­dus­trie textile où je voyais la prochaine étape possible de l’évo­lu­tion des modes de consom­ma­tion  », explique l’en­tre­pre­neuse, qui fut profon­dé­ment choquée par l’ef­fon­dre­ment du Rana Plaza en 2013 au Bangla­desh : « Ce drame a réveillé les consciences et mis en lumière les marques qui faisaient les choses correc­te­ment et les autres…  » La jeune femme se dit aussi « effa­rée que la fabri­ca­tion en coton bio soit présen­tée comme le “plus” d’une marque et non la norme.  »

Habiller et rhabiller les enfants lyon­nais

Cons­ta­tant qu’un vête­ment n’est que très peu porté au cours des premières années de l’en­fance, Annouck décide de les propo­ser en loca­tion aux parents, à Lyon où existe « un très bel écosys­tème de mode éco-respon­sable. » Sa rencontre avec l’équipe de We Dress Fair, spécia­liste local de l’in­for­ma­tion et de la sensi­bi­li­sa­tion à la mode éco-respon­sable, est déter­mi­nante : « Ils m’ont accom­pa­gnée person­nel­le­ment, profes­sion­nel­le­ment et maté­riel­le­ment en me prêtant leur boutique de la rue des Capu­cins pour que j’y orga­nise des pop up stores les dimanches et lundis.  » Ainsi naît Loca Loca en juin 2020. Le concept plaît, mais la marge réali­sée ne suffit pas à garan­tir la renta­bi­lité du projet d’An­nouck qui décide alors de le réorien­ter. « Ce n’était pas tant la loca­tion qui comp­tait, mais faire que les vête­ments soient le plus possible réuti­li­sés et loca­le­ment. Je suis donc passée à la vente de seconde main.  » Car la jeune femme n’en revient pas : « Seule­ment 25% des femmes achètent de l’oc­ca­sion et 50% souhai­te­raient le faire mais ne passent pas à l’acte.  » Pourquoi ? Le plus souvent parce que ce type d’ha­bit est jugé sale, en mauvais état et mal présenté. Déter­mi­née à prou­ver le contraire, Annouck installe sa boutique là où tout a commencé pour elle, rue des Capu­cins (Lyon 1er). Pour la meubler, elle récu­père un comp­toir-caisse dans un stock indus­triel, les portants d’une ancienne expo au musée des Tissus, des branches d’arbres dans le jardin de ses parents… Ses cintres sont français, même si elle doit y mettre le prix : « Si tu les achètes en Chine en prenant l’ex­cuse que tu fais de la seconde main, ça n’a vrai­ment pas de sens…  »

Les vête­ments propo­sés, de la nais­sance à 6 ans, viennent d’un spécia­liste limou­sin de la seconde main, mais aussi et surtout de pièces rache­tées au kilo, et contre des gonettes, auprès de parti­cu­liers reçus sur rendez- vous. Les habits doivent être lavés et ne présen­ter aucune tache ou trace d’usure. Annouck accepte toutes les marques, sauf celles de la grande distri­bu­tion dont les prix sont trop bas pour lui permettre de marger. Une fois en boutique, les prix varient de 3 à 30 euros, expliqués en détail sur chaque étiquette. Infor­mer, sensi­bi­li­ser, faire sens toujours… Comme le fait d’ac­cueillir à la vente, dans sa boutique, les jouets recon­di­tion­nés d’Enjoué*. Une bonne idée, en plus du grand tableau en ardoise qui aide les enfants à patien­ter pendant le shop­ping de leurs parents.
Le résul­tat est si convain­cant que certains parents n’osaient pas entrer au début, pensant qu’il s’agis­sait d’une nouvelle marque de vête­ments trop chers pour eux. Sur la devan­ture, Annouck a donc ajouté la mention expli­cite « Seconde main pour les bébés et les enfants ». Voilà qui fait sens.

Lire notre article dans Grains de Sel n°159.

Loca Loca6 rue des Capu­cins, Lyon 1er.
Ouvert du mardi au samedi de 10h à 19h.

Vite ! Une idée de sortie en famille

Poterie, Judo, Arts du Cirque...

Continuer votre lecture
meilleures adresses pour les 0-3 ans à Lyon

Plus de sorties pour les tout-petits !

Lieux de vie et loisirs pour les 0–3 ans à Lyon

Lieux de vie et loisirs pour les 0-3 ans à Lyon
A découvrir également
Tournage sortie d'usine, Institut Lumière Lyon
Bonnes adresses

On se fait son film à l’Ins­ti­tut Lumière

spectacle L'écho du large de la Cie Un scarabée dans la poche, Printemps des petits lecteurs
Se cultiver

Au prin­temps, les biblio­thèques de Lyon se jettent à l’eau

Laure Daussy accompagnement parental
Bonnes adresses

Accom­pa­gne­ment paren­tal: Laure Daussy, meilleure amie des parents

Consent choices