Plus que jamais, cette 6e édition du festi­val Kara­vel reflète les craintes et les espoirs véhi­cu­lés par l’air du temps. Non seule­ment les danseurs de hip-hop invi­tés par Mourad Merzouki ont des choses à dire, mais ils le font avec inven­ti­vité, en déve­lop­pant des langages choré­gra­phiques riches et souvent d’une grande beauté.

Parmi les 7 soirées propo­sées, on retien­dra tout parti­cu­liè­re­ment celle réunis­sant la compa­gnie Alexan­dra N’Pos­see, qui porte avec Les S’ta­zu­nis un regard moqueur sur les clichés améri­cains, en mêlant gestuelle hip-hop et acro­ba­ties ; la nouvelle créa­tion enga­gée de Pierre Rigal, Stan­dards, qui inter­roge la notion de “ Liberté, Égalité, Frater­nité ” avec des danseurs et des lumières magni­fiques ; et le premier projet person­nel de Rachid Hamchaoui, baptisé Arts-terre, qui donne à voir les forces et les fragi­li­tés qui habitent tout danseur (dès 8 ans). Les ados (dès 14 ans) pour­ront décou­vrir gratui­te­ment, lors d’une répé­ti­tion publique, l’uni­vers de la compa­gnie Najib Guerfi, qui explore avec Tu es moi la part obscure de l’être humain ; et dialo­guer avec les danseurs de la compa­gnie Second Souffle, qui mêlent l’éner­gie du break à la poésie du butô, à l’is­sue d’un extrait de leur spec­tacle.

En cadeau de clôture, Mourad repren­dra Réci­tal à 40 imaginé pour le défilé de la Bien­nale de la danse. Cette version revi­si­tée du cultis­sime Réci­tal, créé en 1998 par sa compa­gnie Käfig, sera inter­pré­tée par 40 person­na­li­tés du hip-hop âgées de 20 à 50 ans. Un moment magique. Le même soir, la compa­gnie Pro Pheno­men enflam­mera la scène avec Signum, pièce incan­des­cente sur les crises que traversent nos socié­tés ; Fred Bendon­gué présen­tera en solo un extrait de sa prochaine créa­tion ; puis la soirée s’achè­vera par un grand bal funk – hip-hop avec la fanfare Les Traîne-Savates. 

 

Blan­dine Dauvi­laire.

Festi­val Kara­vel
Du 20 au 27 octobre à Pôle Pik (Bron) et à l’Es­pace Albert-Camus (Bron).
Programme complet : 04 72 14 63 40