Une scène parta­gée pour deux choré­gra­phies complè­te­ment oppo­sées mais toute deux dansées sur Le Sacre du Prin­temps de Stra­vinsky