La photo de famille est une figure impo­sée, souvent plus périlleuse que le triple axel. Qui n’a pas redouté l’écar­late regard albi­nos dû au flash, les paupière mi-closes, l’iné­vi­table sourire figé ou le cousin grimaçant qu’on ne peut pas enca­drer…

Pour récon­ci­lier les familles avec leur image, la FNAC installe des studios éphé­mères dans un certain nombre de ses maga­sins. On peut ainsi, sur inscrip­tion, se faire immor­ta­li­ser gratui­te­ment par un photo­graphe profes­sion­nel et repar­tir avec un portrait imprimé signé par l’ar­tiste. À chaque fois, un regard singu­lier porté sur la petite ou la grande tribu.

Le thème cette année sonne comme un ordre patrio­tique : “ Hissez les couleurs ”, pour des familles prêtes à se faire mitrailler par l’objec­tif de 5 photo­graphes, qui avaient pour la plupart parti­cipé à l’opé­ra­tion de l’an­née passée.

À Lyon, c’est Stan Guigui qui conviera les modèles amateurs à bascu­ler dans l’am­biance chamar­rée de Bolly­wood, si possible en se présen­tant avec un look kitsch. L’an­née passée, il mettait en scène ses modèles casqués de cuir dans un side-car. L’ar­tiste photo­re­por­ter se donne pour objec­tif (à courte ou à longue focale) de révé­ler le lien fort entre ses modèles, sans pour autant se prendre au sérieux.

Vincent Jadot