Ovationné fin 2012, le Fanta­sia – Live in Concert joué par l’or­chestre natio­nal de Lyon est de retour sur la scène de l’Au­di­to­rium. Composé de nombreux extraits des deux Fanta­sia de Walt Disney (celui de 1940 et celui de 2000), le film projeté sur écran géant est accom­pa­gné en direct par les musi­ciens. Soudain, les célèbres chefs-d’œuvre sympho­niques nous trans­portent dans un univers magique. Mickey retrouve ses habits d’Apprenti Sorcier sur la parti­tion de Paul Dukas ; les baleines voyagent au milieu des icebergs, portées par Les Pins de Rome d’Ot­to­rino Respi­ghi ; New York sert de décor à la Rhap­sody in Blue de George Gersh­win… Un fabu­leux voyage auquel s’as­so­cie avec enthou­siasme le pianiste Louis Schwiz­ge­bel, sous la baguette de Frank Stro­bel. On adore.

Dans un tout autre genre, l’Au­di­to­rium accueille le spec­tacle Trois contes. Puisant dans le réper­toire de Maurice Ravel (Ma mère l’oye et autres célèbres morceaux), les percus­sions claviers de Lyon accom­pagnent en direct trois contes de Perrault mis en images par Louise Kelh. Le Petit Chape­ron rouge, La Belle au bois dormant et Le Petit Poucet prennent un sacré coup de frais.
Enfin, les amateurs de gags (re)découvrent avec Monte là-dessus ! le charme de Harold Lloyd, le temps d’un ciné-concert où le héros à lunettes rondes doit esca­la­der un gratte-ciel. On peut comp­ter sur Paul Gous­sot pour accom­pa­gner ces exploits muets à l’orgue avec son grain de folie habi­tuel.

Trois contes : le 1er mars à 15h.

Monte là-dessus : le 8 mars à 18h.

Blan­dine Dauvi­laire