Pour clore sa saison danse en beauté, l’opéra de Lyon réunit trois œuvres emblé­ma­tiques issues du réper­toire de son ballet. Elles feront le bonheur des amateurs éclai­rés.

Bella Figura de Jirí Kylián : char­nelle, cise­lée, faisant la part belle aux tableaux théâ­tra­li­sés, la danse du maître tchèque floute les fron­tières entre réel et imagi­naire. Sur des musiques baroques de Pergo­lese, Vivaldi, Torelli, ses danseuses, buste dénudé et longue jupe écar­late, ouvrent un bal sensuel qui fait oublier la pesan­teur du monde.

Sara­bande de Benja­min Mille­pied : ici, la danse néoclas­sique du choré­graphe star répond à la musique de Bach jouée en direct à la flûte ou au violon. Du solo au quatuor, les quatre danseurs au look décon­tracté se mesurent avec élégance. Chemises bigar­rées en éten­dards, ils éblouissent par la beauté, la légè­reté de leurs sauts et de leurs portés.

Quin­tett de William Forsythe : compo­sée comme une lettre d’adieu à sa compagne condam­née par la mala­die, cette œuvre émou­vante, bercée par une chan­son répé­ti­tive et des mouve­ments qui reviennent de manière méca­nique, laisse devi­ner le cycle éter­nel de la vie. 

Blan­dine Dauvi­laire