Tatou juste, « le salon des solu­tions heureuses », comme il se défi­nit joli­ment, est d’abord le fruit d’une belle aven­ture. À l’ori­gine était un petit salon à Saint-Rambert avec 20 expo­sants. C’était en 2005, 1 000 visi­teurs s’y pres­sèrent. Face au succès, petit salon devint grand, prenant ses aises au Parc des expo­si­tions à Saint-Étienne. Aujourd’­hui, Tatou juste réunit chaque automne, le temps d’un week-end, 4 500 visi­teurs et 150 expo­sants. « Cette forte fréquen­ta­tion s’ex­plique par une demande de plus en plus impor­tante de personnes qui cherchent à se rensei­gner sur des alter­na­tives dans tous les domaines de la vie quoti­dienne. Le salon permet aussi d’échan­ger avec des acteurs locaux de pratiques inno­vantes », explique Lucie Winck­ler, de l’as­so­cia­tion Consom­mer autre­ment, orga­ni­sa­trice du salon. Les 29 et 30 novembre, la 9e édition de Tatou juste couvrira 12 pôles théma­tiques : écoha­bi­tat, alimen­ta­tion, bien-être, éduca­tion, culture, mode et arti­sa­nat, mobi­lité, travailler autre­ment… Les visi­teurs pour­ront s’in­for­mer, faire leur marché et parti­ci­per à des débats où les théma­tiques de société n’ou­blient pas l’in­té­rêt collec­tif. Le programme d’ani­ma­tion fera la part belle aux enfants avec des ateliers DIY. 

Aude Spil­mont