“Fais pas ci, fais pas ça… Sois poli, dis merci, Écoute ce qu’on te dit, Si tu ne fais rien de meilleur, tu seras balayeur. La la la, La la la…” Ces morceaux choi­sis de la chan­son de Jacques Dutronc ne sont-ils pas tein­tés de réalisme ? Recon­nais­sons-le, la commu­ni­ca­tion entre parents et enfants se résume parfois à des suppli­ca­tions sans fin et déses­pé­ré­ment inef­fi­caces. C’est de ce constat qu’est née l’as­so­cia­tion Ma famille comme unique. Dans la droite ligne de l’ap­proche formu­lée par Adèle Faber et Elaine Mazlish (elles-mêmes inspi­rées des travaux du psycho­logue Haim Ginott), l’as­so­cia­tion propose aux parents de parti­ci­per à des ateliers visant à une commu­ni­ca­tion plus harmo­nieuse entre parents et enfants. Très en vogue outre-atlan­tique et depuis quelques années en France, le succès de la “méthode” Faber & Mazlish repose sur “une approche très concrète et non norma­tive pour appré­hen­der les situa­tions conflic­tuelles du quoti­dien comme les colères des enfants”, souligne Aïcha Riffi, forma­trice. Au cours des ateliers “Parler pour que les enfants écoutent et écou­ter pour que les enfants parlent”, diffé­rentes théma­tiques sont abor­dées : comment aider les enfants aux prises avec leurs colères et frus­tra­tions ? Comment susci­ter chez eux la coopé­ra­tion ? Peut-on éviter le recours à la puni­tion ? Comment encou­ra­ger l’au­to­no­mie de son enfant ? Des sessions spéci­fiques sur la rela­tion parents-adoles­cents et les rela­tions de riva­lité dans la fratrie sont égale­ment propo­sées. Là encore, il est ques­tion de mieux prendre conscience de l’im­pact que peuvent avoir les mots… 

Aude Spil­mont

Article paru dans Grains de Sel n°72, février 2012