Comment les animaux et les humains coha­bitent-ils ? Plus ou moins bien, répond ce programme de quatre courts métrages lettons, imagi­nés par le réputé Studio AB. Quatre petits films, réali­sés en anima­tion de marion­nettes menée de manière tradi­tion­nelle, image par image et souvent sans paroles. 

Le premier film, et le moins acces­sible, débute par une séquence en noir et blanc pour soudai­ne­ment s’ani­mer en couleur. Il y est ques­tion du Temps des mois­sons, événe­ment de la vie paysanne raconté en images et par un poème fripon. Du lourd labeur à la fête finale, tout est dit, tant du point de vue des fermiers que des rats qui logent sous leurs maisons. 

Les trois autres films sont plus proches de la produc­tion et de l’hu­mour habi­tuels du Studio AB. Les Espiègles met en scène un garne­ment qui rend fou son père paysan, en imitant les taupes et en atti­rant un ours. Les deux suivants misent sur la confron­ta­tion entre la ville et la campagne. Dans Le Garde fores­tier, un monsieur urbain mais pas civi­lisé vient impu­né­ment vider ses poubelles dans la forêt. Les animaux se vengent. 

Enfin, Les Héris­sons en ville, le plus réussi des quatre films, raconte avec une inno­cence parfaite comment les animaux d’une forêt, détruite pour la construc­tion d’une ville, s’adaptent à leur nouvelle vie pour mieux récu­pé­rer l’an­cienne. C’est malin et très bien vu ! 

Véro­nique Le Bris