Des tours de chants et des numé­ros loufoques viennent ryth­mer l’uni­vers poétique et forain de la pièce.