En deux mois, le plus grand parc de minia­tures animées de France, a déjà attiré plus de 40 000 personnes et donné un nouveau souffle à la minia­ture. Il accueille désor­mais une expo géante de Lego® qui a de quoi séduire les amou­reux des petites briques de tout âge tant les oeuvres expo­sées sont « colos­sales ».

Mini World Lyon donne un vivi­fiant coup de jeune au monde de la minia­ture, comme si ses mini-mondes étaient dotés d’une nouvelle vie sous la houlette de démiurges que nous serions deve­nus. Quelques secondes seule­ment sont néces­saires avant d’être emporté par le charme de l’uni­vers imaginé par Richard Richarté, et ses « construc­teurs de monde ». Le fonda­teur de l’at­trac­tion du Carré de Soie a laissé, quasi, carte blanche à ses « archi­tectes », leur permet­tant de trans­po­ser leur imagi­naire sur les 2 500 m2 du parc. Cette liberté de créa­tion se traduit par des scènes pour le moins cocasses qui voient notam ment un mini-Picsou trôner sur le toit du Trésor public ou des poulets flâner sur les marches de l’Hô­tel de police de la ville.
Et ce sont ces détails, à l’image d’un Où est Char­lie ? géant qui emportent les adultes scru­tant les mini-mondes à la recherche du détail incon­gru tandis que les enfants restent ébahis devant un monde de minia­tures qui sait se placer à leur portée.

Par consé­quent, on se laisse vite entraî­ner dans la recherche de ces gags que les artistes de Mini World Lyon se sont amusés à dissé­mi­ner à travers la ville, la montagne et la campagne, qui composent l’uni­vers des 30 000 minia­tures qui les peuplent. Du village des Schtroumpfs subti­le­ment installé dans une clai­rière, à flanc de colline, à la recons­ti­tu­tion stupé­fiante d’une scène de The Walking Dead en passant par le tour­nage de Juras­sic Park, rien n’a été laissé au hasard pour vous dépay­ser.
On ne regrette qu’une chose, ne pas avoir emporté de jumelles et ne pas avoir pu embarquer dans les trains, qui circulent par monts et par vaux, pour pouvoir mieux voya­ger à travers ces paysages qui s’étendent à perte de vue. Ne vous y trom­pez pas, il s’agit bien d’un voyage. Lais­sez vous porter par les odeurs, de barbe à papa, de pins et de sous-bois, qui flottent dans l’air et accen­tuent le senti­ment d’im­mer­sion initié par les sons et les jeux de lumière spéci­fiques à chaque monde. Une réus­site qui se prolonge désor­mais avec une expo de Légo® géante, recons­ti­tuant les univers de Star Wars ou de Harry Potter. Des heures de montage, des détails à profu­sion, une plon­gée dans des tableaux tous plus précis les uns que les autres. Ce mini parc d’at­trac­tion permet de voya­ger des Alpes à Tatooine, de Lyon au Tour de Fran­ce… un très bon moment.

Hadrien James