Du 24 au 26 mai, le festi­val du Parc de Beau­re­gard inves­tit à nouveau le somp­tueux parc du même nom, à Saint-Genis-Laval. Trois jours de festi­vi­tés, nour­ries de spec­tacles et d’ac­ti­vi­tés parti­ci­pa­tives, pour la plupart gratuits et tout public.

Si le festi­val du Parc de Beau­re­gard s’est fait connaître il y a plus de quinze ans pour sa program­ma­tion musi­cale de réper­toire assez poin­tue, il évolue aujourd’­hui en s’ou­vrant à tous les publics et notam­ment les enfants. Il faut dire que le décor du parc, « majes­tueux mais pas surdi­men­sionné », comme l’in­dique Mathilde Favier, direc­trice du théâtre La Mouche et du festi­val, se prête à merveille à l’ac­cueil de spec­tacles mais aussi d’ani­ma­tions variées et origi­nales.

Comme, dès le vendredi, l’in­croyable invi­ta­tion du plas­ti­cien Olivier Gros­se­tête à venir construire avec lui un immense donjon en carton (on murmure qu’il pour­rait atteindre 25 mètres de haut…), sans grue, ni machine, unique­ment grâce à l’huile de coude des volon­taires de tous âges. Ceux-là, et d’autres, pour­ront même reve­nir en fin de festi­val, le dimanche, pour démo­lir joyeu­se­ment l’édi­fice. Si elle n’est plus omni­pré­sente, la musique conti­nue tout de même de donner le ton.

D’abord lors du bal d’ou­ver­ture un peu fou, le vendredi soir, où tout le monde pourra venir tester les choré­gra­phies farfe­lues de la Cie Propos de Denis Plas­sard. Puis sous la houlette des Percus­sions Claviers de Lyon qui ryth­me­ront la jour­née et la nuit du samedi, avec en point d’orgue pour le jeune public (dès 7 ans), le concert Les Temps modernes. Baptisé ainsi en hommage au film de Char­lie Chaplin, il reprend son tempo effréné et son humour, notam­ment en rejouant – dans tous les sens du terme – la fameuse scène du serrage de boulons !

Tout un cirque Mais la vedette du festi­val, c’est le cirque, poétique, drôle, physique voire perfor­ma­tif, repré­senté par de jeunes artistes et des compa­gnies chevron­nées. Keep Company illustre, avec Ouro­bors humour et déca­lage, l’ac­tion de faire du Compost (dès 7 ans), les funam­bules Les Colpor­teurs s’ins­pirent du mythe d’Ariane sur une struc­ture en fils de fer dans Evohé (dès 3 ans) tandis que le Manège de Monsieur Gaillard (dès 3 ans), tout en objets rafis­to­lés, fait tour­ner les enfants, propul­sés par leurs parents.

Un parcours nocturne le samedi soir, payant et acces­sible aux plus grands (dès 12 ans), accueillera dans une atmo­sphère inti­miste et onirique, deux spec­tacles du festi­val Les utoPistes : La Marche de Mathu­rin Bolze dans sa roue dont il n’a pas fini de faire le tour, et Instante de Juan Igna­cio Tula, proche de la transe dans l’exer­cice qu’il livre entre son corps et sa roue Cyr. Ce n’est pas tout. Entre les spec­tacles, il ne faudra pas oublier de mener l’enquête en famille dans Saint-Genis-Laval, avec la compa­gnie Oùesk, de parti­ci­per aux ateliers créa­tifs propo­sés dans les cara­vanes des Zarky­rouls (dès 4 ans), d’ac­tion­ner de drôles de sculp­tures musi­cales ou encore de se faire tirer le portrait dans le merveilleux décor du parc, histoire de garder un beau souve­nir de ces trois jours de fête.

Festi­val du Parc de Beau­re­gard, du vendredi 24 mai au dimanche 26 mai. Parc de Beau­re­gard, Saint-Genis-Laval. Tél.0478868251. Bal d’ou­ver­ture, le 24 mai à 21h. Durée: 2h.

Les Temps modernes, le 25 mai à 14h30. Durée : 25 min. Compost, le 25 mai à 15h et le 26 mai à 11h30. Durée: 40 min. Evohé, le 26 mai à 10h30, 14h30 et 16h. Durée: 30 min.

Le Manège de Monsieur Gaillard, le 26 mai de 13h à 17h. Enquête dans la ville, le 25 mai à 10h et 18h. Durée: 2h. Parcours nocturne le 25 mai de 21h à 23h. Tarifs: 10 et 15€. Programme complet sur lamouche.fr