Que vous soyez passé à côté d’un film culte lors de sa sortie en salle ou que vous ayez envie de parta­ger un bon moment de cinéma avec vos enfants, la rubrique Mon ciné-club vous propose de (re)décou­vrir des films incon­tour­nables, faciles à déni­cher et à vision­ner en famille. Ce mois-ci, Peter et Elliott le dragon de David Lowery.

Peter a 5 ans lorsqu’il est victime d’un terrible acci­dent de voiture qui le laisse orphe­lin, aban­donné dans les bois. Ce qui pour­rait chagri­ner les spec­ta­teurs les plus sensibles devient objet de fasci­na­tion quand le doux Elliott, dragon vert à four­rure épaisse, le recueille et le garde sous son aile pendant plusieurs années. Un jour, Peter est décou­vert par les habi­tants de la ville et, bien qu’il hésite à quit­ter la forêt, il ressent l’at­trac­tion d’un envi­ron­ne­ment fami­lial. Dans l’in­com­pré­hen­sion du départ de son protégé, le brave et loyal Elliott le suit, mettant en péril le secret qui entoure son exis­ten­ce…

Remake du film d’ani­ma­tion de 1977, cette version de Peter et Elliott le dragon renoue avec ce qui a fait le succès des clas­siques de Disney : douceur, drôle­rie et enthou­siasme, sans faire l’im­passe sur le suspens ni la drama­tur­gie.

Un remake injus­te­ment boudé en salle

Dans la stra­té­gie des studios Disney de refaire leurs clas­siques en live action, ce reboot consti­tuait un choix inha­bi­tuel : des films plus popu­laires basés sur des histoires de prin­cesses ou d’ani­maux ont souvent la primeur de la firme. Pas forcé­ment un succès en salle lors de sa sortie, Peter et Elliott le dragon comporte pour­tant tout ce que l’on attend d’un diver­tis­se­ment fami­lial, avec un mélange d’aven­tures et d’émo­tions parfai­te­ment équi­li­bré pour que les spec­ta­teurs de tous âges adhèrent. On prend les paris : même les plus atta­chés à l’ori­gi­nal trou­ve­ront dans leur cœur une place supplé­men­taire pour cette histoire d’ami­tié entre un dragon et un petit garçon…

Car s’il comporte des effets visuels épous­tou­flants, ce Peter et Elliott le dragon conserve la belle simpli­cité de l’ori­gi­nal. La forme peut avoir changé, le fond reste le même. Il faut ici saluer l’in­tel­li­gence artis­tique du réali­sa­teur David Lowery, qui a égale­ment co-écrit cette adap­ta­tion en respec­tant clai­re­ment le maté­riau. Plutôt que de surchar­ger inuti­le­ment le récit, il choi­sit d’em­bras­ser les messages fonda­men­taux d’ami­tié, d’em­pa­thie, de courage et d’ap­pré­cia­tion de la nature qui font l’es­sence de l’his­toire. Il parvient même à trai­ter le drame du décès des parents avec plus de subti­lité que la majeure partie des films Disney. C’est poignant, beau à regar­der, mais aussi tendre et édifiant, jusqu’à un formi­dable épilogue.

Peter et Elliott le dragon, de David Lowery, 2016 (1h 43min). Avec Bryce Dallas Howard, Robert Redford, Oakes Fegley…

Par Thomas Périllon