Acces­sible dès 10 ans

Quatre person­nages en scène. Comme des enfants qui inven­te­raient un nouveau jeu, l’un d’eux lance « Imagi­nez un zoo », immé­dia­te­ment suivi par les autres qui complètent et détaillent. Le décor est planté et les quatre person­nages deviennent les animaux du zoo : Papa Babouin, monsieur et madame Mouflon, Petite marmot­te…

L’his­toire de la pièce

L’his­toire peut commen­cer : alors que le rhino­cé­ros vient soudai­ne­ment de mourir, un jeune ours de Sibé­rie fait son entrée au zoo. Débous­solé par la perte de sa mère et de sa sœur, il ne cesse de ques­tion­ner les autres pension­naires : qui sont, par delà la clôture, ces « bottés » et leurs « jolies maisons » et ces « rayés » et leurs « vilaines maisons » ? Pourquoi la grande chemi­née fume-t-elle autant ? Ces ques­tions déclenchent la colère de Papa Babouin et troublent Petite Marmotte. Et si l’ours voyait ce que les autres refusent de voir ?

C’est peu connu, mais il exis­tait un zoo, en lisière du camp de Buchen­wald, pour diver­tir les enfants de son person­nel nazi. C’est en tombant sur sa photo que le drama­turge alle­mand Jens Raschke eut l’idée d’écrire une pièce pour le jeune public, énor­mé­ment jouée en Alle­magne. La compa­gnie Germ36* s’em­pare pour la première fois en France de ce texte à la force incroyable. Et se pose l’im­mense ques­tion concer­nant la Dépor­ta­tion : comment a-t-on pu en arri­ver là ?

Un message profond

Les person­nages mènent alors l’enquête au milieu de ce qui ressemble à un champ de ruines, ils supposent, recoupent les éléments, inter­prètent les diffé­rents animaux pour tenter de mieux les comprendre. Ce babouin qui, s’es­ti­mant à l’abri et bien nourri, ferme les yeux sur ce qui se trame de l’autre côté de la clôture, ce mouflon qui doute, cette marmotte qui finit par voir ce que voit l’ours… Très physiques, les jeunes comé­diens glissent d’un rôle à l’autre, d’une émotion à l’autre – y compris l’hu­mour –, avec une justesse remarquable. Jamais le camp n’est nommé, aucune date n’est donnée : la fable n’est pas histo­rique, elle est univer­selle. Et au regard de l’ac­tua­lité inter­na­tio­nale, résonne forte­ment. Ce qui nous amène à nous inter­ro­ger : et nous, sommes-nous ours ou babouin ?

Infos pratiques

Ce que vit le rhino­cé­ros lorsqu’il regarda de l’autre côté de la clôture, jeudi 10 mars à 19h30, vendredi 11 mars à 20h, samedi 12 mars à 19h30 et dimanche 13 mars à 16h. Bord de scène proposé à la fin de chaque repré­sen­ta­tion avec une média­trice du CHRD.

Théâtre de la Croix-Rousse, place Joan­nès Ambre, Lyon 4e . Tél. 04 72 07 49 49. croix-rousse.com Durée : 55 min. Tarifs : de 5 à 27 €.

Puis le vendredi 18 mars à 20h et le samedi 19 mars à 17h, au NTH8, 22 rue du Comman­dant Pégout, Lyon 8e . Tél. 04 78 78 33 30. Tarifs : prix libre. nth8.com

Égale­ment au TNP du 4 au 14 mai. tnp-villeur­banne.com

*Retrou­vez l’in­ter­view de la compa­gnie en cliquant ici.

Article rédigé par Clarisse Bioud • © DR