Pour sa 14e édition, le Festi­val Lumière célèbre le réali­sa­teur améri­cain Tim Burton. Grand cinéaste de genre, ce sera l’oc­ca­sion pour les enfants de décou­vrir son univers fantas­tique. Atten­tion cepen­dant, tous ses films ne sont pas forcé­ment desti­nés à un jeune public.

Pour faire décou­vrir Tim Burton aux enfants (7–9 ans), il faudra privi­lé­gier la récente adap­ta­tion du célèbre dessin animé Dumbo, l’uni­vers excen­trique de Willy Wonka dans Char­lie et la Choco­la­te­rie, ou profi­ter de la séance famille à la Halle Tony Garnier, le dimanche 16 octobre, pour voir ou revoir L’Étrange Noël de Monsieur Jack et ses person­nages aussi effroya­ble­ment drôles qu’at­ta­chants. Pour prolon­ger le plai­sir d’ani­ma­tion, il y aura aussi l’ado­rable Fran­ken­wee­nie où le cinéaste s’amuse à réécrire le mythe de Fran­ken­stein dans une belle histoire d’ami­tié entre un homme et son chien mort-vivant.

Poésie gothique pour grands et petits enfants

A partir de 10 ans, les enfants pour­ront décou­vrir le premier long métrage de Tim Burton Pee-Wee Big Adven­ture ou conti­nuer d’ex­plo­rer l’uni­vers gothique du réali­sa­teur avec Les Noces Funèbres : une petite perle d’ani­ma­tion en stop-motion qui raconte la romance peu conven­tion­nelle entre un jeune homme et le cadavre d’une mysté­rieuse mariée au XIXe siècle. Enfin, dans un registre plus sérieux, le festi­val propose plusieurs séances de Big Fish, une ode poignante à la trans­mis­sion et l’ima­gi­na­tion où un fils tente de discer­ner le vrai du faux dans les récits extra­or­di­naires de son père mourant.

Des person­nages déjan­tés

Quant aux ados (dès 12 ans), ils raffo­le­ront certai­ne­ment de l’hu­mour macabre de Beet­lejuice et de sa relec­ture burlesque du film de fantômes, mais aussi des extra­ter­restres déjan­tés de Mars Attacks, paro­die de film de science-fiction des années 50. De même, les fans de super-héros ne devraient pas rester insen­sibles à Batman et Batman : le Défi, deux adap­ta­tions origi­nales du justi­cier masqué impré­gnées de la patte visuelle du réali­sa­teur et portées par une gale­rie de méchants abso­lu­ment géniaux dont Jack Nichol­son en Joker et Danny DeVito en Pingouin.

Tim Burton, les mains d’argent

Enfin, pour clôtu­rer cette semaine burto­nienne de la plus belle des manières, le festi­val donne rendez-vous aux spec­ta­teurs le dimanche 23 octobre à la Halle Tony Garnier pour une projec­tion spéciale d’Edward aux mains d’argent. Une belle occa­sion, pour toute la famille, de s’émer­veiller devant cette histoire d’amour entre une étrange créa­ture dotée de ciseaux à la place des mains et une jeune adoles­cente de banlieue améri­caine. Un conte gothique et poétique teinté d’une magni­fique noir­ceur dont seul Tim Burton à le secret.


Et à part Tim Burton?

Le Festi­val Lumière donne l’op­por­tu­nité aux parents de faire connaître à leur progé­ni­ture, l’un des grands maîtres du burlesque, Buster Keaton, avec la projec­tion en ciné-concert de son premier film en tant que réali­sa­teur. Les plus grands pour­ront quant à eux plon­ger dans l’uni­vers du cinéaste français Louis Malle, avec le rocam­bo­lesque Zazie dans le Métro (dès 8 ans) ou le poignant Au Revoir les enfants (dès 11 ans).


Festi­val Lumière 2022, du samedi 15 au dimanche 23 octobre. Dès 7 ans. Projec­tion Famille le dimanche 16 octobre, à 16h, à la Halle Tony Garnier : L’Étrange Noël de Monsieur Jack (1h16). Séance de clôture en présence de Tim Burton, le dimanche 23 octobre, à 15h, à la Halle Tony Garnier: Edward aux mains d’argent (1h45). Programme complet sur festi­val-lumiere.org

Par Julien Duc © DR