Il n’y a pas que les musées, à Lyon, pour faire décou­vrir l’art aux enfants. Ce mois-ci, on a repéré trois lieux qui proposent de chouettes expos gratuites et acces­sibles aux plus jeunes, avec une diver­sité d’œuvres et de tech­niques et même des ateliers pour leur permettre d’ex­pri­mer leur talent.

Musique !

« À Noël, rien de tel que l’art et la musique pour fédé­rer! », clame Emma­nuelle Col, connue des amateurs des Puces de Villeur­banne pour sa gale­rie L’Ate­lier du Canal. Dans l’idée d’ac­cen­tuer encore la visi­bi­lité des artistes qu’elle défend, elle vient d’ou­vrir un nouveau lieu pérenne, quar­tier Saint-Nizier, avec une expo portant sur la musique. On y retrouve nos chou­chous: Ofé et ses photos anciennes ornées de spiro­graphes, Fouapa et ses guitares peintes d’en­trailles du corps humain, Toki et ses Daft Punk repré­sen­tés sous forme de gélules ou encore JMute qui peint des titres de chan­son sur des vinyles (Envole-moi, Paint it Black…). Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets (œuvres à partir d’une centaine d’eu­ros, livres dès 12 euros). Surtout, pour les enfants, deux ateliers sont prévus : l’un avec
Fouch sur le thème de l’au­to­por­trait, l’autre avec Toki pour créer son propre bonhomme-gélule.

Hurt de Fouapa, Acry­lique, spray et posca sur guitare en bois, 33 × 88 cm. Expo­si­tion Musique!, à la gale­rie Em’Arts, Lyon 2e

Jusqu’au vendredi 23 décembre 2022. Em’Arts, 8 rue de la Poulaille­rie, Lyon 2e. Tél. 06 13 22 90 04.
Du mercredi au samedi de 11h à 19h et dimanche de 11h à 18h (mardi 20 décembre de 11h à 19h).
Ateliers enfants, dès 7 ans, les mardi 20/12 (avec Fouch) et mercredi 21/12 (avec Toki). De 14h30 à 16h. Tarif : 28€.

Minus­cule

Créé en 2020, Omart a voca­tion à servir de rampe de lance­ment aux jeunes artistes locaux, toutes disci­plines confon­dues, en montrant leurs œuvres à la fois sur les murs de son Omar­te­rie, et ceux de 80 entre­prises parte­naires. Chaque année, il consti­tue un collec­tif de 10 membres, leur deman­dant comme ticket d’en­trée de dessi­ner… un homard! En décembre, c’est France Mermet, Lyon­naise d’adop­tion, qui avec l’expo Minia­ture, présente son univers poétique, élégant et minu­tieux. Si vous craquez sur ses fabu­leuses Boîtes à sirènes – kits d’œuvre d’art en relief, déli­cats et pleins de surprises, à réali­ser chez soi –, sachez qu’elle propo­sera aux enfants de les aider à réali­ser la leur pendant des ateliers égale­ment ouverts aux adultes.

Ted Williams, de France Mermet; expo­si­tion Minus­cule, à L’Omar­te­rie, Lyon 2e

Du mardi 6 décembre au vendredi 23 décembre2022. L’Omar­te­rie, 10 quai des Céles­tins, Lyon 2e. Tél.04 78 21 28 96. omart.fr – Ateliers enfants (dès 6 ans, accom­pa­gné d’un parent) et adultes, les same­dis 10 et 17/12, et le mercredi 21/12, de 14h à 16h et de 16h30 à 18h30. Tarif : 20€.

No Hard Feelings

C’est un événe­ment! La gale­rie Slika accueille pour sa première expo solo en France l’An­glais Jon Burger­man, installé à New York, méga star aux États-Unis et en Asie. Inspiré par l’ani­ma­tion cinéma ou vidéo et le graff, l’ar­tiste recouvre ses toiles de petits person­nages rigo­los dont les yeux ressemblent à ceux d’un lapin pris dans les phares d’une voiture, quand il n’en fait pas des sculp­tures double face, façon Docteur Jekyll et Mister Hyde. Si les couleurs sont pop et malgré le titre de l’expo, No Hard Feelings (que l’on pour­rait traduire par « tout va bien » ou « ne t’en fais pas »), Burger­man avoue avoir une vision assez
fata­liste de l’hu­ma­nité. Sa pein­ture est une manière de résis­ter et de montrer le monde tel qu’il est : « en désordre, chao­tique, encom­bré, coloré, éton­nant, beau et méri­tant d’être préservé. » Ses œuvres tape­ront dans l’œil des enfants, à qui l’ar­tiste recom­mande de « s’in­ven­ter leurs propres histoires » en les regar­dant.

Jusqu’au 7 janvier 2023. Slika, 25 rue Auguste-Comte, Lyon 2e. Du mardi au samedi de 11h à 19h. Tél. 04 78 62 92 90. gale­rie-slika.com


Article rédigé par Clarisse Bioud • Photos d’ou­­­­­ver­­­­­ture : No Hard Feelings, de Jon Burger­man © Ghis­lain Mirat