Le musée d’Art moderne nous fait décou­vrir quatre facettes de l’art améri­cain. 

– Avec les sculp­tures de Joël Shapiro, figure majeure de la scène actuelle, c’est le rapport de l’œuvre (parfois monu­men­tale) à l’es­pace qui est mis en évidence par des jeux d’équi­libre/déséqui­libre. 

– Dans les pein­tures récentes de Peter Halley, les formes géomé­triques s’em­plissent de couleurs puis­santes qui contrastent avec inten­sité. L’ar­tiste joue avec la matière, stimule et guide le regard, nour­rit son travail de réfé­rences archi­tec­tu­rales.

– Incar­nant les nouveaux courants artis­tiques, 10 jeunes créa­teurs new-yorkais donnent à voir des œuvres éclec­tiques. On retien­dra tout parti­cu­liè­re­ment l’ins­tal­la­tion de Brian Belott, consti­tuée de livres colo­rés que les visi­teurs peuvent mani­pu­ler.

– En paral­lèle, le musée présente Usart / collec­tion du musée, une sélec­tion d’œuvres d’ar­tistes améri­cains des années 50–60 qui sont aujourd’­hui des réfé­rences. Les grandes pein­tures vives de Frank Stella plai­ront parti­cu­liè­re­ment aux enfants. 

Blan­dine Dauvi­laire