Sur un Piano marteau un peu magique que surplombe un grand miroir, Sophie Agnel impro­vise. Elle joue, dans tous les sens du terme, avec le bois et les cordes. Grâce au reflet, le public plonge dans les entrailles de l’ins­tru­ment à queue. Il embarque pour un voyage senso­riel que le dispo­si­tif scénique inti­miste rend encore plus éton­nant. Une aven­ture mélo­dique imagi­née par Athé­nor produc­tion.  

Blan­dine Dauvi­laire