Du 12 mars au 12 avril, Saint-Étienne devient capi­tale inter­na­tio­nale du design. En choi­sis­sant comme théma­tique Les sens du beau, cette 9e Bien­nale veut montrer combien la forme et la fonc­tion d’un objet sont inti­me­ment liées. Sur la cinquan­taine d’évè­ne­ments propo­sés, voici notre sélec­tion à décou­vrir en famille.
Par Blan­dine Dauvi­laire.
 
 
IONNA VAUTRIN : LA BELLE ET LES BÊTES

Sur le thème du bestiaire, Ionna Vautrin, desi­gner aux multiples talents (elle a dessiné des chaus­sures pour la marque Camper, des lampes pour Fosca­rini, de l’élec­tro­mé­na­ger pour Mouli­nex) a imaginé une expo­si­tion et un atelier spécia­le­ment pour les enfants. Rencontre.
 

En quoi consiste votre métier ?

Je suis desi­gner indus­triel, je dessine des objets qui sont fabriqués en série et s’adressent à un grand nombre de personnes.
 

Quelles sont les quali­tés requises pour exer­cer ce métier ?

Il faut être créa­tif, tech­nique, savoir s’adres­ser à la fois aux ingé­nieurs et aux gens du marke­ting, être un commu­niquant et parler aux autres, c’est un métier très complet.
 

Pour la bien­nale de Saint-Étienne, vous êtes commis­saire de l’ex­po­si­tion Le Bestiaire, de quoi s’agit-il ?

C’est une expo­si­tion dédiée à l’uni­vers de l’en­fant, elle présente une collec­tion de 14 dégui­se­ments en papier kraft séri­gra­phié qui sont illus­trés par une équipe de desi­gners, graphistes, photo­graphes, comme Malika Favre, Les Graphiquants, Twice ou Felipe Ribon. Chacun des artistes a raconté une histoire autour de l’ani­mal qu’il a choisi pour son dégui­se­ment. Paral­lè­le­ment à ce labo­ra­toire anima­lier se déroule un atelier où les enfants de 6 à 12 ans peuvent dessi­ner leur propre animal sur un costume vierge. On leur donne des clés graphiques (morpho­lo­gie des animaux, type de pelage, etc.) et à partir de là, ils créent leur propre bestiaire et peuvent se dégui­ser. C’est une sorte de carna­val anima­lier puisqu’on lâche ensuite tous les petits animaux dans la bien­nale.
L’idée est aussi de rendre cette collec­tion de dégui­se­ments vivante en la faisant éditer pour qu’elle devienne acces­sible à tous. Les grands pour­ront même s’en servir d’af­fiche.
 

Quel lien faites-vous entre beauté et design ?

Pour l’ex­po­si­tion, je pars du postu­lat que peu importe qu’on soit beau ou terri­fiant, gentil ou méchant, on peut deve­nir qui on veut grâce au dégui­se­ment. Le design est censé embel­lir notre envi­ron­ne­ment, c’est intrin­sèque au métier.
 

Quels sont vos projets ?

Je travaille actuel­le­ment sur un mobile de mouettes et une collec­tion de lumi­naires pour l’édi­teur Mous­tache, un fauteuil pour la marque Sancal et sur des brosses avec Andrée Jardin. Mon rêve serait d’avoir la liberté de travailler dans plein de champs d’ap­pli­ca­tion diffé­rents en mon nom propre.
 

Quel est l’objet design que vous auriez aimé créer ?

Le puzzle Sedici animali d’Enzo Mari édité par Danese, où chaque pièce en bois est un animal. Tous les animaux peuvent être encas­trés les uns dans les autres à plat ou à la verti­cale, c’est beau.
 
Le Bestiaire
. Expo­si­tion à la Platine. 
. Atelier pour les 6–12 ans les same­dis et dimanches à 10h30, 13h30 et 15h. Lundi 6 avril à 10h30, 13h30 et 15h. Durée 1h30. Tarif : 5 € / enfant.
 
 
 

SUIVEZ LE GUIDE :

Pour permettre aux enfants de 6 à 12 ans et à leurs parents de s’ini­tier au design, la bien­nale a conçu une visite guidée en famille à travers deux expo­si­tions parti­cu­liè­re­ment acces­sibles.

Grâce à No Random­ness d’Os­car Lher­mitte, les jeunes visi­teurs découvrent que notre monde est peuplé d’objets stan­dards dont la beauté fait parfois oublier la fonc­tion­na­lité. Qu’il s’agisse de panneaux de signa­li­sa­tion, de billets de banque ou de pâtes alimen­taires, la forme de chaque produit est soigneu­se­ment étudiée pour nous faci­li­ter la vie. À partir d’une feuille de papier A4, les enfants vont réali­ser un petit carnet sur lequel ils pren­dront des notes tout au long du parcours.

Dans un registre radi­ca­le­ment diffé­rent, Vous avez dit bizarre ? de Bart Hess et Alexan­dra Jaffré présente une succes­sion de projets dont le style grotesque dénonce nos compor­te­ments exces­sifs et les vices de notre société. Qu’ils soient char­gés d’hu­mour ou plutôt effrayants, ces projets ne laissent personne indif­fé­rent. Bart Hess, qui explore la rela­tion entre le textile et la peau, est d’ailleurs souvent solli­cité par Lady Gaga. En mani­pu­lant quelques échan­tillons, les visi­teurs décou­vri­ront les maté­riaux utili­sés.

Parcours guidé Surprise ! Une beauté inat­ten­due

À la Manu­fac­ture. Les mercre­dis à 14h30, same­dis et dimanches à 10h30 et 14h30, le lundi 6 avril à 10h30 et 14h30. Durée 1h. Tarif : 11 € pour un adulte + deux enfants maxi­mum.
 
À VOIR AUSSI EN FAMILLE :

Vous avez du mal à choi­sir entre les 55 expo­si­tions de la bien­nale in et les 60 événe­ments de la bien­nale off ? 

Ça tombe bien, nous avons sélec­tionné quelques temps forts à privi­lé­gier.

. La parade du design : imagi­née par la Cité du design et les étudiants de l’école supé­rieure d’Art et Design de Saint-Étienne, cette parade qui intègre le tradi­tion­nel carna­val de la ville donnera le coup d’en­voi de la bien­nale. Elle sera consti­tuée de chars, d’élé­ments de décors monu­men­taux, de costumes, de danseurs et les artistes distri­bue­ront au public de drôles d’objets design. Le 11 mars après-midi.

. Tu nais, tuning, tu meurs : le musée d’Art et d’In­dus­trie accueille une expo­si­tion à la croi­sée du design et de l’art de person­na­li­ser son véhi­cule. À cette occa­sion, des ateliers de tuning sont propo­sés aux 4–6 ans, 6–8 ans, 8–12 ans et 12–15 ans. 2, place Louis-Comte à Saint-Étienne. Réser­va­tion : mai.reser­va­[email protected]­saint-etienne.fr ou 04 77 49 73 20.

. A-T-T-E-N-T-I-O-N : détour­ner l’at­ten­tion ou au contraire se servir de l’objet pour capter le regard, cette expo­si­tion met l’ac­cent sur les produc­tions liées au numé­rique. De petites expé­ri­men­ta­tions font décou­vrir les aspects ludiques d’un monde connecté mais aussi ses dangers. À la Manu­fac­ture.

. Arti­fact : l’ex­po­si­tion à voir pour sentir l’air du temps. Elle réunit de nombreux projets imagi­nés par de jeunes desi­gners, depuis l’objet indus­triel jusqu’à la créa­tion poétique, en passant par des propo­si­tions concep­tuelles. Deux sites d’ex­po­si­tion : la Bourse du travail et la Manu­fac­ture.

. Cabane : David des Moutis a récu­péré les chutes de maté­riaux utili­sés lors du montage des expo­si­tions de la bien­nale, il en a fait une cabane instal­lée dans la cour Est de la Cité du design.

. Au parc-musée de la Mine : Dennis Parren crée dans la salle des Pendus l’ins­tal­la­tion lumi­neuse Mine colour our past and future. Avec Glass is tomor­row, Lise Coirier dévoile dans la salle de l’Éner­gie une centaine de proto­types issus du savoir-faire des maîtres verriers. Et le studio Glithero accroche ses Lumi­na­ries dans la salle des Compres­seurs. Profi­tez-en pour visi­ter les nouvelles salles d’ex­po­si­tion du musée. 3, boule­vard Maré­chal-Fran­chet-d’Es­pe­rey à Saint-Étienne. www.musee-mine.saint-etienne.fr

. Au musée d’Art moderne et contem­po­rain : l’ar­tiste coréenne Lee Bul déploie ses instal­la­tions monu­men­tales, dont certaines s’ap­pa­rentent à des laby­rinthes dans lesquels le visi­teur est invité à péné­trer. Jeux de miroirs et éclai­rages LED viennent trou­bler la déam­bu­la­tion. De nombreux dessins et maquettes prépa­ra­toires complètent cette impres­sion­nante expo­si­tion. Ateliers et visites sur réser­va­tion. La Terrasse à Saint-Étienne. Tél. 04 77 79 52 52. www.mam-st-etienne.fr

 
Les ateliers du week-end :

. Le collec­tif Atelier Regards propose aux enfants dès 7 ans et aux adultes de conce­voir un objet de A à Z sur une mini­chaîne de produc­tion. Les same­dis et dimanches de 10h à 12h et de 14h à 17h. À la Serre, 15, rue Henri-Gonnard à Saint-Étienne. Gratuit sur réser­va­tion : 
bien­na­[email protected]­mail.com

. L’as­so­cia­tion Captain Ludd orga­nise des ateliers de sensi­bi­li­sa­tion au design animés par des artistes de la bien­nale. Au programme : démons­tra­tion et mise en pratique. Les moins de 10 ans doivent être accom­pa­gnés d’un adulte. Tarif : parti­ci­pa­tion libre, sans réser­va­tion. 16, rue Roger-Salen­gro à Saint-Étienne. Contact : 
06 31 09 73 41 ou [email protected]­mail.com

 

Blan­dine Dauvi­laire