Habi­tuée à ramas­ser les trop nombreux déchets aban­don­nés au Grand Parc de Miri­bel-Jonage, où elle aime courir, prome­ner son chien et profi­ter des acti­vi­tés nautiques, Corinne Char­vin a créé l’as­so­cia­tion Randos­sage pour fédé­rer autour d’elle d’autres amou­reux de cet immense espace de nature, soucieux de le préser­ver. Elle a donc passé un accord avec la direc­tion du Parc pour venir chaque troi­sième samedi du mois y ramas­ser « en famille, entre amis, avec des personnes âgées, à pied ou en fauteuil roulant, entre 15 et 20 sacs de déchets ». Et pour sensi­bi­li­ser les prome­neurs, sans les brusquer, elle fait inter­ve­nir de jeunes artistes lors des sessions de ramas­sage pour créer, notam­ment, des « éten­dages à déchets », des instal­la­tions poétiques réali­sées à partir de rebuts dont l’his­toire nous est révé­lée par des étiquettes manus­crites.

« Trois cents kilos de déchets ramas­sés, cela ne parle pas aux gens, mais si on les déverse par terre et qu’on en fait tous ensemble une œuvre d’art, ça fait tilt ! », s’en­thou­siasme Corinne Char­vin qui, en plus de ces ramas­sages et happe­nings en pleine nature, agit aussi en milieu urbain avec des ateliers de sensi­bi­li­sa­tion auprès des enfants (confec­tion de sacs pour ramas­ser les mégots, par exemple) et des expo­si­tions, comme celle de 100 déchets de la vie quoti­dienne pendus au plafond de la MJC Jean-Cocteau de Saint-Priest à l’au­tomne dernier. Des actions que l’as­so­cia­tion Randos­sage souhaite toujours mener dans la bien­veillance, l’amu­se­ment et le plai­sir de faire ensemble pour le mieux-être de notre planète.

Plus d’in­fos sur randos­sage.fr et ses comptes Face­book et Insta­gram.

Par Clarisse Bioud

Photo © Alix Char­vin Photo­gra­phy