Par Clarisse Bioud /

Toute la famille souffre de carence artis­tique? Le remède se trouve peut-être dans les gale­ries et centres d’art qui, contrai­re­ment aux musées, sont encore ouverts. En permet­tant la rencontre des artistes et une approche intime des œuvres, ces lieux sont souvent plus acces­sibles aux enfants qu’on ne l’ima­gine. Exemple avec quatre adresses lyon­naises pres­crip­trices de bonnes ondes artis­tiques.

L’art sensible

Espace d’art contem­po­rain, la BF15, diri­gée par Perrine Lacroix, a basé son projet sur un rapport de proxi­mité double­ment entre­tenu avec les artistes et les publics. A ce titre, les enfants sont parti­cu­liè­re­ment soignés, avec des visites et des ateliers propo­sés à chaque expo­si­tion. “La ques­tion du partage sensible fait partie de notre iden­tité”, affirme Florence Meys­son­nier, char­gée de leur coor­di­na­tion.

Du 5 février au 27 mars, l’ar­tiste suisse Silvia Bächli accro­chera à la BF15 ses Inters­tices, des dessins réali­sés de manière très intui­tive, décou­lant de son ressenti et de son envi­ron­ne­ment. Un procédé artis­tique qui résonne avec le monde de l’en­fance et que les enfants âgés de 7 à 12 ans pour­ront expé­ri­men­ter, les 10 et 17 février, au cours d’un atelier de dessin en lien avec l’expo.

La BF15, 11 quai de la Pêche­rie, Lyon 1er. Tél. 04 78 28 66 63. Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 17h45*.

Ateliers les mercre­dis 10 et 17 février, de 10h à 12h. Tarif: 10. Réser­va­tion: [email protected]­labf15.org. Visite commen­tée les same­dis à 15h. labf15.org

Idir Davaine
Idir Davaine © Ghis­lain Mirat

L’art du trait

Si la rue Auguste Comte est histo­rique­ment estam­pillée “rue des antiquaires et des gale­ries”, l’une d’entre elles, Slika, fait souf­fler un vent nouveau sur la visi­bi­lité de l’art dans le quar­tier d’Ai­nay. Jéré­mie Masu­rel, assisté de Mattéo Vachet et Félix Baez­ner, reven­dique son métier de gale­riste “amou­reux du trait et donc du dessin, de la pein­ture et du collage”, expo­sés dans ce qu’il souhaite être “un lieu de vie cultu­rel ouvert à tous.

Logé au fond d’un court passage, Slika débute par un espace-bar feutré avant de nous lais­ser péné­trer une salle baignée de lumière. Jusqu’au 20 février, on y découvre les toiles d’Idir Davaine faus­se­ment abstraites et clai­re­ment colo­rées, à l’in­té­rieur desquelles les tout-petits s’amu­se­ront à recher­cher des formes d’ani­maux et de plantes.

Slika, 37 rue des Remparts d’Ai­nay, Lyon 2e. 04 78 62 92 90. Ouvert du mardi au samedi de 10h à 18h. gale­rie-slika.com

L’art ludique

Et il faudra frois­ser la feuille © Kommet

Petit par la taille mais bouillon­nant de projets, Kommet, centre d’art et d’ex­pé­ri­men­ta­tion, mérite le détour. A raison de quatre expos par an depuis 2019, Emilie d’Or­nano y présente les instal­la­tions d’ar­tistes émer­gents. Parant à un éven­tuel recon­fi­ne­ment, la jeune femme a eu l’idée géniale d’adap­ter le click&collect à l’art contem­po­rain.

Elle a donc co-conçu avec l’ar­tiste normand Cyprien Desrez, l’expo Et il faudra frois­ser la feuille qui tient en une pochette à récu­pé­rer gratui­te­ment à la gale­rie. On trouve à l’in­té­rieur une notice d’ins­tal­la­tion, deux feuilles de papier à frois­ser pour sculp­ter un feu de joie et un livret d’his­toires (assez drôles) écrites par l’ar­tiste à lire devant ce foyer de fortune. Un feu qui fait écho à la chemi­née en papier mâché créée gran­deur nature par Desrez chez Kommet. Pensez d’ailleurs à lui envoyer une photo de votre instal­la­tion-maison pour lui faire parta­ger cet instant chaleu­reux. 

Kommet, 7 montée des Carmé­lites, Lyon 1er. Ouvert du mercredi au samedi de 13h à 17h30. kommet.fr

L’art multi­plié par deux

On profite d’une virée fami­liale aux Puces du Canal pour visi­ter l’Ate­lier du même nom hébergé dans les traboules. Dans cet espace de 70 m2, aux murs lambris­sés, on est accueilli comme des amis par Emma­nuelle Col, qui connaît le parcours de ses artistes sur le bout des doigts, qu’ils oeuvrent dans la photo, la pein­ture ou l’art urbain comme nos chou­chous Cal, qui custo­mise le mobi­lier urbain, et Britt Tam dont les collages de la même fillette grimée ou dégui­sée (Frida, reine d’An­gle­terre, cosmo­nau­te…) jalonnent les Pentes de la Croix-Rousse. C’est juste­ment dans ce quar­tier, haut lieu du street art local, qu’Em­ma­nuelle propose de plus petits formats (dès 30€) dans la micro-gale­rie du restau­rant Fluxus.

L’ate­lier du Canal, allée H des Traboules, Puces du Canal, 1 rue du Canal, Villeur­banne.

Jeudi de 9h à 12h, dimanche de 9h à 14h. L’An­nexe chez Fluxus, 12 rue des Augus­tins, Lyon 1er. Mercredi et vendredi de 11h à 17h45, jeudi de 13h à 17h45. Égale­ment sur RDV.

*Les horaires indiqués pour chaque lieu sont ceux du couvre-feu.