Sasha, jeune adoles­cente de 13 ans, occupe son temps libre avec son amie Märta et regarde des vidéos de stand up. Elle vit seule avec son père depuis le décès de sa mère qui les a éloi­gnés l’un de l’autre. Pour surmon­ter sa peine et sa colère, Sasha va se fixer quatre objec­tifs pour ne surtout pas ressem­bler à sa mère : se couper les cheveux, arrê­ter de lire le moindre livre, ne pas s’oc­cu­per d’un être vivant et deve­nir la reine du stand-up ! Grâce au soutien de sa meilleure amie et de son oncle, et pous­sée par son admi­rable force de carac­tère, elle trou­vera dans cette liste de survie un moyen de surmon­ter son deuil et de redon­ner le sourire à son père. 

Lumi­neuse Comedy Queen

Sanna Lenken et sa scéna­riste Linn Gott­frid­sson réus­sissent le tour de force de trai­ter le déli­cat sujet du deuil avec humour et tendresse. Si la struc­ture narra­tive repose sur le postu­lat léger de cette to-do-list impro­bable, Comedy Queen parvient à éviter tous les nids-de-poule sur son chemin et fait de son mauvais esprit un vrai motif de réjouis­sance. Jamais arti­fi­ciel­le­ment acidu­lée, cette comé­die atta­chante trouve le ton juste entre légè­reté et gravité. C’est sans doute parce que le tandem d’au­trices s’est auto­risé quelques liber­tés dans son adap­ta­tion du roman La reine de la comé­die : les person­nages secon­daires ont gagné en carac­té­ri­sa­tion et la jeune Sasha devient cette jeune fille lumi­neuse et auda­cieuse prête à tout pour faire rire son père et le rendre fier.

Ode à la liberté et à l’éman­ci­pa­tion, Comedy Queen s’af­firme comme un modèle de récit de rési­lience porté par l’ex­tra­or­di­naire Sigrid John­son, prodi­gieuse dans le rôle prin­ci­pal, au point de nous faire passer des rires aux larmes en quelques minutes. 


Comedy Queen. Dès 11 ans. Durée: 1h33. Sortie: 2 novembre.

Article rédigé par Thomas Périllon • Photo d’ou­­­­ver­­­­ture :© DR